A la uneActualité

BADEA: une « coalition globale » en faveur des PME africaines

Elles étaient au centre de la deuxième édition du forum de la Banque arabe pour le développement économique en Afrique (BADEA) sur le commerce entre pays arabes et africains, qui se tenait les 3 et 4 novembre au Caire. Consacrées priorités de la BADEA dans ce contexte post-Covid 19, les PME africaines doivent désormais faire l’objet d’ « une coalition globale » entre acteurs financiers arabes et africains. 

Par DBM

Sans surprise, dans ce contexte post-Covid 19, les PME africaines étaient au cœur des échanges de la deuxième édition du forum de la Banque arabe pour le développement économique en Afrique (BADEA) sur le commerce entre pays arabes et africains, qui s’est tenue les 3 et 4 novembre au Caire, en présence de trente dirigeants des institutions financières du continent. De fait, le thème de l’événement, « Coalition globale », inscrit dans la politique de la BADEA, une institution de solidarité, passerelle entre le monde arabe et l’Afrique, confirme l’intérêt porté aux micro, petites et moyennes entreprises (MPME) africaines dans un contexte où le financement devient rare. Sur ce point, l’objectif du forum était clair : créer une plateforme mondiale pour diffuser les bonnes pratiques en matière de soutien aux MPME. 

« La pandémie de Covid-19 met à rude épreuve les MPME »

S’interrogeant sur le rôle de  l’institution qu’il dirige, le Dr Sidi Ould Tah, Directeur Général de la BADEA a noté ainsi que si « bon nombre de leaders africains se sont engagés à promouvoir les jeunes et les femmes entrepreneurs afin de libérer le potentiel d’innovation (….), la pandémie de Covid-19 [a mis] à rude épreuve les MPME, dont le nombre est estimé entre 85 et 95 millions sur le continent et qui est une catégorie composées à 86 % de microentreprises comptant environ dix employés ».

« Avec la covid-19, il y a eu une grande érosion de nos profits aussi bien au niveau des PME qu’au niveau des grandes entreprises et parfois même au niveau des États »

Dans le prolongement logique de ce constat, l’économiste bissau-guinéen Carlos Lopes a pour sa part remarqué [qu’]avec la covid-19, il y a eu une grande érosion de nos profits, aussi bien au niveau des PME qu’au niveau des grandes entreprises, et parfois même au niveau des États ».

Créer des synergies entre pays africains et arabes

Dans cette optique, la coalition globale impulsée par la BADEA doit créer des synergies entre pays africains et arabes.  Certaines initiatives sont déjà à l’œuvre. L’Agence de développement de l’Union africaine (Auda-Nepad), avec le soutien d’Ecobank et l’engagement de nombreux autres acteurs, dont la BADEA, a notamment lancé en mai 2021 une campagne intitulée « 100 000 MPME », qui a pour objectif de créer un million d’emplois sur les trois prochaines années. À terme, c’est quelques 440 millions d’emplois qu’il s’agirait de générer en dix ans.

Pour en savoir plus : 

https://www.badea.org

Ce message est également disponible en : AnglaisArabe