ActualitéArchives

BAD : Un ambitieux projet agricole d’ici à 2020

La Banque africaine de développement (BAD) envisage de tripler ses financements consacrés au climat d’ici 2020 à raison de 5 milliards de FCFA par an. A cet effet, l’institution bancaire compte œuvrer à la mise en place d’une structure dénommée «l’Initiative africaine pour les énergies renouvelables » avec le soutien d’autres partenaires à l’instar de l’Union africaine, la Conférences des ministres africains sur l’environnement, le G7 et le Programme des Nations Unies pour l’environnement.

La BAD compte également renforcer la capacité de résilience des Etats africains face aux conséquences néfastes des changements climatiques. En outre, le bras financier du continent ambitionne mobiliser 3 milliards de dollars pour le financement en faveur des femmes évoluant dans le secteur agricole. Cette feuille de route de l’institution a été dévoilée au cours de la conférence sur l’agriculture et l’agro-alimentaire qui s’est tenue en octobre 2015 à Dakar, au Sénégal. Pour réaliser son ambitieux projet, la BAD compte mettre en place une facilité de 300 millions de dollars pour servir de garantie pour les entreprises appartenant à des femmes vis-à-vis des institutions de micro-finance et des banques commerciales sur le continent. La banque a également décidé de la mise en place des obligations de la diaspora pour accompagner le secteur de l’agro-industrie afin de titrier les flux de transferts pour les investissements dans le secteur agricole. Les banques centrales des Etats africains disposeront, dans les années à venir, de fonds spéciaux pour faciliter l’accès aux crédits pour exploitants agricoles à des taux d’intérêt bonifiés.

Cet ambitieux projet initié par la nouvelle équipe dirigeante vise, à terme, l’amélioration de la compétitivité de l’Afrique en matière de transformation et de valeur ajoutée des produits agricoles. Déjà, la banque compte développer des zones agro-industrielles par excellence et des corridors routiers, à partir de l’année prochaine. Adésina Akinwumi, président de la BAD, a aussi réaffirmé l’ambition de son institution de faire de l’économie inclusive un levier de l’autonomisation de la femme africaine dans les années à venir, lors de son périple qui l’a conduit dans plusieurs pays du continent, dont le Togo. « Je pense que le Togo a fait de bonnes choses depuis quelques années pour maintenir sa croissance autour de 5%. La BAD est prête à appuyer le pays tout comme d’autres pays africains dans certains secteurs porteurs. L’exemple de la réussite du Fonds national pour le financement inclusive du Togo est un cas d’école », a-t-il déclaré lors de son passage au Togo, le 2 novembre 2015.


 

Par Blamé Ekoué