Babacar Diamé
ActualitéArchives

Babacar Diamé : « Relancer notre économie avec le nouveau port »

Foundiougne, l’ex-capitale administrative du Sine-Saloum, s’est dotée de deux joyaux. Un port de 24 milliards FCFA et un hôtel de ville flambant neuf inaugurés par le chef de l’Etat du Sénégal, Macky Sall, lors du Conseil des ministres décentralisé. Le député-maire de Foundiougne Babacar Diamé évoque, dans cet entretien, les enjeux des deux infrastructures pour sa collectivité.

Pouvez-nous faire la genèse du port de Foundiougne et l’impact que cette infrastructure va avoir dans la ville ?

Le port de Foundiougne a été créé à l’époque coloniale, vers les années 1917. C’était essentiellement un port de commerce. Jusqu’aux indépendances, le port existait. Après les indépendances, quelque dix ans après, le port est tombé en décrépitude. L’absence d’activités plomba une infrastructure qui sera finalement laissée en rade. Maintenant, le fait que le port revienne est une excellente chose. C’est une opportunité inouïe de relance de l’économie régionale. Le chef de l’Etat a compris que dans le cadre de la territorialisation du développement, il est primordial d’avoir des infrastructures. Ce port va permettre de redémarrer l’activité, aussi bien dans la commune, le département et la région, voire dans la région de Kaolack. Ce port va aussi nous permettre de développer le tourisme ainsi que toutes les activités de production et de services. Et vraiment, il va y avoir de l’emploi. Les jeunes vont être formés et cela va vraiment contribuer à relancer toutes les activités du département.

Qu’en est-il de l’hôtel de ville ?

L’hôtel de ville est un bâtiment qui aura bien tôt deux cents ans. Avec le développement de la commune, il fallait trouver d’autres bâtiments mieux adaptés aux réalités. C’est ainsi qu’on a pensé à cet hôtel de ville. Cela permettra de renforcer la collectivité locale. C’est une très bonne chose.

Concrètement depuis votre arrivée, quelles sont les actions que vous avez menées pour développer la collectivité ?

Dans notre mandat, on peut compter un très grand marché hebdomadaire vraiment très moderne. On l’a presque clôturé avec des bâtiments, des stands démontables. Un marché qui offre quand-même beaucoup de possibilités aux commerçants. Il y a aussi l’abattoir qu’on a eu à refaire. Là, on projette de créer d’autres cantines pour accroitre les structures qui permettent d’accueillir les commerçants et leur permettre d’avoir des ressources additionnelles. Nous avons justement le pont qui est prévu pour relier Foundiougne à Ndakhonga. C’est pour améliorer la mobilité, procéder au désenclavement. Nous avons aussi envisagé de créer des voiries, un aménagement du territoire pour avoir un bon cadre de vie.


 

Par Mouhamed Camara

Ce message est également disponible en : AnglaisArabe