Le dossier du mois

Parcours Audrey Ehouman Women Techmakers

Ivoirienne de 27 ans, Audrey Ehouman est à la tête du Women Techmakers Abidjan. Une structure qui encourage les femmes à s’orienter vers la Tech. Parcours

« Les filles ont tendance à penser que la technologie ce n’est pas pour elles. Parce qu’il y a trop de mathématiques, que c’est trop technique… ». Audrey Ehouman, Ivoirienne de 27 ans, elle a fait le choix de la Tech… après avoir vu le film Matrix. « Au début, je voulais faire du droit et devenir avocate mais après avoir vu Matrix et le personnage de Trinity, une femme génie de l’informatique, j’ai eu un flash : C’est ce que je voulais faire ! » Et c’est ce qu’elle fera.

Formée dans des écoles catholiques, à Abengourou, où elle née et grandit, puis à Abidjan pour le secondaire, Audrey en a tiré rigueur et méthode. Elle poursuit avec l’université Félix Houphouët Boigny où elle intègre la filière Méthode informatique appliquée à la gestion des entreprises. « Pour apprendre à développer et utiliser en même temps des logiciels. » Et d’admettre : « Ca n’a pas été facile au début. Il y avait beaucoup de maths mais j’ai appris à aimer. Et c’est devenu un challenge. » Mieux, une passion qu’elle veut partager avec d’autres, les femmes en particulier.

« Nous sommes aujourd’hui des centaines… »

En 2013, sélectionnée pour rejoindre le programme Google Student Ambassadors, elle bénéficie d’une formation complète sur les technologies phares de Google avant d’en devenir l’ambassadrice auprès des étudiants de son université et des différentes communautés de développeurs de la place.  « Pendant cette formation, j’ai développé des compétences pour tout ce qui est technologie, outils Google, etc. J’ai également intégré un groupe de développeur Google. Et chaque année, je suis invitée au siège de Google en Californie dans la Silicon Valley pour leur conférence annuelle, où l’on a l’occasion de se faire un réseau. »

Mentoring et atelier de maquillage

Entre temps, pour convaincre d’autres femmes de s’initier aux Ntics, elle devient Lead du Women Techmakers Abidjan. « Nous sommes aujourd’hui des centaines, avec 5 communautés dans le pays. On encourage les jeunes filles à choisir des carrières en technologie. De mon expérience au collège, les filles étaient toujours les premières en maths. Ce n’est pas difficile, avec la pédagogie, on y arrive et aujourd’hui on ne peut évoluer sans la technologie. » Pour les attirer, Audrey a une méthode bien à elle. « J’organise des ateliers de maquillages, comment s’habiller selon sa morphologie, avec des coachs. A la fin, je leur explique que si ça leur a plu, faire venir les coachs tous les jours c’est cher, alors que créer des applications pour bénéficier de leur conseil tous les jours c’est gratuit. Le défi est de drainer plus de femmes. Elles sont de plus en plus nombreuses, mais ne se font pas connaître. Elles ont un réel potentiel mais ont juste besoin d’être encadrées. Généralement, je recommande le mentorat. »

Des activités qui ont amenées Audrey à développer un certain nombre de compétences dans le marketing digital qu’elle a réuni au sein de sa société, Aetech consulting, spécialisée dans 5 domaines dont le digital, le consulting, la formation, le web et l’évènementiel. A ce titre, Audrey prépare une conférence dédiée aux femmes dans le numérique en Côte d’Ivoire, en 2019.