A la uneLe dossier du mois

Analyse L’Afrique, championne mondiale de l’entreprenariat féminin

Plus de la moitié des entrepreneurs en Afrique sont des femmes, faisant ainsi du continent le champion mondial de l’entreprenariat féminin. Et pourtant, majoritairement reléguée au secteur de l’informel, les femmes sont, encore, largement exclues des appels d’offres, de l’accès au financement, de l’économie réelle. Mais la révolution numérique, dans laquelle les femmes sont en première ligne, est en passe de changer la donne…

 

Analyse, par Dounia Ben Mohamed

 

Le calcul est simple : si plus de la moitié des entrepreneurs en Afrique sont des femmes, accompagner l’entreprenariat féminin c’est soutenir le secteur privé, donc gagner des points de croissance, créer plus d’emplois, et finalement contribuer au développement du continent. La réduction des inégalités de genre est ainsi un enjeu prioritaire dans l’objectif d’éradiquer la pauvreté et réaliser les Objectifs de développement durable (ODD) à l’horizon 2030. Selon l’OIT, réduire les inégalités de genre permettrait d’augmenter le PIB du continent de plus de 4% d’ici 2025. Sauf que la réalité est toute autre.

 

« Les femmes réinvestissent jusqu’à 90% de leurs revenus dans l’éducation, la santé et l’alimentation de leur famille, contre 40% pour les hommes »

 

L’Afrique compte 58% de femmes entrepreneurs, ce qui en fait au passage le champion mondial de l’entreprenariat féminin. Et les chiffres sont bien en dessous de la réalité, la majorité des femmes opérant dans le secteur de l’informel. Des vendeuses de fruits et légumes dans les marchés aux couturières, en passant par les cuisinières, autant de business women qui satisfont les besoins quotidiens de nos sociétés, mais non qualifiées d’« entrepreneures ».

 

Il faut savoir qu’ en Afrique on ne devient pas entrepreneure par vocation mais par nécessité. Pour nourrir leurs familles, les femmes, depuis toujours, travaillent dans les champs, les marchés, à la périphérie de l’économie réelle… mais sans bénéficier des avantages de celle-ci. Elles participent, plus que les hommes, au développement de leur communauté. Selon les études, les femmes réinvestissent jusqu’à 90% de leurs revenus dans l’éducation, la santé et l’alimentation de leur famille et de leur communauté, contre 40% seulement pour les hommes. Autrement dit, investir dans les entreprises détenues ou gérées par des femmes peut transformer les sociétés.

 

« Les femmes sont propriétaires de 48% des entreprises en Afrique, mais elles ne représentent que 20% de la population bancarisée »

 

Sauf que si certains États africains multiplient les mesures pour améliorer le climat des affaires, celles-ci ne profitent pas encore aux femmes. Dans de nombreux pays, les cadres légaux et réglementaires freinent la pleine participation des femmes dans la croissance du secteur privé.

 

Par ailleurs, les institutions financières manquent de capacités pour comprendre les femmes entrepreneures et répondre à leurs besoins de façon adéquate. Quant aux femmes entrepreneures, beaucoup d’entre elles n’ont pas de capacités en finance et gestion d’entreprise pour répondre aux exigences des institutions financières. Un exemple, selon la Banque africaine de développement (BAD), les femmes sont propriétaires de 48% des entreprises en Afrique, mais elles ne représentent que 20% de la population bancarisée. Or, exclues du système bancaire traditionnel, il est difficile pour elles de bénéficier des mécanismes de financement qu’il propose. Résultat, un déficit de financement estimé à 42 milliards de dollars sur les chaînes de valeur – dont 15,6 milliards de dollars dans le seul secteur de l’agriculture. Autre conséquence, les femmes entrepreneures réalisent des bénéfices inférieurs de 34%, en moyenne, à ceux des hommes…

 

Ceci étant, avec les nouvelles technologies de l’information qui transforment le continent, de nouvelles opportunités s’offrent aux femmes qui se tournent davantage vers le digital. La crise de Covid-19 l’a révélé au grand jour : les femmes se sont mobilisées pour développer des solutions, locales, aux défis que la pandémie pose à leur communauté. E-santé, l’e-learning, l’agri-tech ou encore l’e-commerce, elles opèrent sur tous les fronts, devenant ainsi des acteurs majeurs de l’écosystème tech panafricain.

 

« Pour tirer parti de ces opportunités, les femmes ont besoin des compétences appropriées et d’un cadre politique favorable… »

 

36642 entrepreneuriat feminin quels moyens pour favoriser lacces au financement

 

« Le commerce électronique crée de nouvelles opportunités pour les femmes dans les pays en développement. Il pourrait accélérer la réduction de la pauvreté et leur inclusion dans des activités économiques productives, a déclaré Shamika N. Sirimanne, directrice de la technologie et de la logistique à la CNUCED. Toutefois, pour tirer parti de ces opportunités, les femmes ont besoin des compétences appropriées et d’un cadre politique favorable… »

 

Un processus en marche. Les programmes destinés à encourager l’entreprenariat féminin numérique se multiplient. Par exemple, au Togo, une formation destinée aux dirigeantes de petites entreprises sur « la prise d’initiative, les comportements proactifs et la persévérance » a donné des résultats impressionnants : les apprenantes ont vu leur bénéfice augmenter en moyenne de 40% suite à cette formation. Des actions simples et peu coûteuses qui favorisent l’entreprenariat des femmes.

 

Promouvoir des rôles-modèles

 

Reste des préalables, fondamentaux, à régler. 19% des femmes n’ont toujours pas accès à internet. De même, si le taux de scolarisation des filles a fortement progressé sur le continent ses dernières années, des inégalités demeurent dans certains pays. Et la pandémie de Covid-19, qui a entraîné la fermeture des écoles, a augmenté le nombre de violences envers les filles, ainsi que le nombre de grossesses précoces. Pour celles qui parviennent à poursuivre leurs études, elles sont très peu à embrasser les filières scientifiques et technologiques en raison de certains freins culturels. D’où l’importance de promouvoir des rôles-modèles.

 

C’est l’approche de la Journée de la Femme Digitale (JFD). Créée en 2013 par Delphine Remy-Boutang, CEO de the Bureau, la JFD met à l’honneur et connecte les femmes qui s’emploient à révolutionner le monde grâce au digital. Cet événement annuel, qui se déroule en Europe et en Afrique, a pour ambition d’inspirer et d’encourager les femmes à se révéler et à innover. En rappelant, à travers un prix notamment, les Margaret, que les premières codeuses, les premières développeuses et chercheuses qui ont marqué l’histoire du numérique sont des femmes : Ada Lovelace au XIXe siècle, puis Grace Hopper et Karen Spärck Jones au XXe siècle, Shafi Goldwasser et Margaret Hamilton, considérée comme la mère du coding.

 

« Les femmes, avec leur capacité d’innovation et d’adaptation, ont cette aptitude à jouer le rôle de transformateur »

 

« Les femmes, avec leur capacité d’innovation et d’adaptation, ont cette aptitude à jouer le rôle de transformateur », affirme Louise Mushikiwabo, secrétaire générale de la Francophonie et marraine de la prochaine édition. Regrettant au passage que « des inégalités de genre subsistent, malgré les opportunités croissantes qu’offre le secteur du numérique, empêchant les femmes de profiter pleinement de ses possibilités et de contribuer à son essor ».

 

La donne va changer. Elle change déjà, portée par une nouvelle génération de jeunes femmes entrepreneures, innovantes, engagées dans la recherche de solutions locales aux problématiques que rencontre l’Afrique. Rappelant que les femmes africaines sont « les colonnes vertébrales et de l’économie africaine et des leviers d’accélération formidables pour la croissance inclusive du continent, Vanessa Moungar, directrice du département genre, femmes et société civile à la Banque africaine de développement et lauréate du prix Margaret 2020, assure : il faut faire confiance aux femmes pour se relever de la Covid-19 ».

 

Ce message est également disponible en : Anglais