Algeria Invest Conference-DR
A la uneActualité

Algérie : Un forum économique pour repositionner le pays comme destination d’investissement

Plus de 500 investisseurs étrangers et plus de 2500 opérateurs nationaux devraient participer à la première édition de l’« Algeria Investment Conference (AIC) », qui se déroulera les 6 et 7 novembre prochain au Centre International des Conférences d’Alger. Un événement destiné à faire valoir les atouts économiques du pays. 

Par Nadjoua Khelil, à Alger

Présents en conférence de presse le 27 septembre au Holiday Inn Alger Cheraga Towers, les organisateurs de l’AIC ont indiqué que l’objectif de cette manifestation économique était de « repositionner l’Algérie comme l’un des pays attractifs à l’investissement, notamment avec le nouveau code sur l’investissement qui sera finalisé d’ici la fin octobre ». Une bonne occasion aussi d’évoquer « les améliorations dans le climat des affaires du pays », a rappelé Racim Benghanem, le PDG de BG ICC, l’entreprise organisatrice de l’évènement. 

Lancer la réflexion sur le rôle de l’investissement dans la relance économique

De fait, l’AIC devrait « lancer la réflexion sur le rôle de l’investissement dans la relance économique et mettre en relief les opportunités et le potentiel de l’Algérie en matière d’investissement et de ressources humaines de certains secteurs », explique le patron de BG ICC, qui est par ailleurs l’initiateur de la plateforme Algerian Export. Parmi les principaux segments d’activité susceptibles d’attirer les investisseurs, les secteurs de l’énergie et des mines, les énergies renouvelables, l’agriculture, la finance, le numérique, le transport et la logistique ainsi que l’industrie pharmaceutique. Dans le détail, le programme de l’AIC devrait inclure plusieurs ateliers (workshops) thématiques, des rencontres B2B, une dizaine de conférences-débats ainsi que la participation de délégations étrangères. 

« Nouer des partenariats gagnant-gagnant entre les différents opérateurs économiques »

Autant d’activités qui devrait in fine permettre de « nouer des partenariats gagnant-gagnant entre les différents opérateurs économiques », veut croire Benghanem pour qui il est du reste « nécessaire d’avoir une stabilité juridique » pour que le pays devienne une destination attractive pour les investisseurs. Et de conclure en souhaitant que « le nouveau code algérien sur l’investissement [s’inscrive] dans cette logique.  

Une chose est sûre, l’initiative sera attentivement suivie par les principaux acteurs économiques, tant publics que privés : étaient ainsi présents à la conférence de presse précitée, l’ambassadeur de la Cote d’Ivoire en Algérie, Voho Sahi Alphonse, le président de la Confédération algérienne du patronat citoyen (CAPC), Sami Agli, le président du Groupement algérien des acteurs du numérique (GAAN), Tadjeddine Bachir de même que le dirigeant du Conseil national de concertation et de développement de la PME, Adel Bensaci.

Ce message est également disponible en : AnglaisArabe