Sonatrach raffineries
Sonatrach raffineries
NewsArchives

Algérie : Sonatrach va augmenter la capacité des raffineries

Les exigences du développement économique et de la croissance du parc automobile en Algérie ont entraîné une augmentation de la demande en carburants, amenant la Société Nationale pour la Recherche, la Production, le Transport, la Transformation et la Commercialisation des Hydrocarbures à faire face au déficit en combustible. Et ce en misant sur l’augmentation à hauteur de 30% des capacités des raffineries en activité (Skikda, Alger et Arzew), de la reconstruction de celle de Hassi Messaoud. Comme elle table aussi sur la création de trois nouvelles raffineries (Biskra, Ghardaïa et Tiaret) qui seront dotées d’une capacité de 5 millions de tonnes chacune et dont la mise en service est prévue entre 2018 et 2019.

Cette entreprise publique, créée le 31 décembre 1963, n’est pas infaillible aux yeux de nombreux Algériens. Sa filiale Naftal, qui a pour principale mission de distribuer et commercialiser des produits pétroliers et dérivés sur le marché national, peine à trouver des correctifs nécessaires aux pénuries cycliques du carburant. Ces pénuries, qui se sont accentuées ces derniers jours dans les wilayas du centre du pays, ont déjà sévi quelque temps, dans les régions frontalières de l’Est et de l’Ouest. Alors que le pays produit près de 12 millions de tonnes de produits pétroliers, la demande s’élève à 13,5 millions annuellement. Un déficit de 1,5 million à combler. Pour y parvenir, l’Algérie procède à l’importation et à des prix excessifs, ce qui est préjudiciable au trésor public. Ainsi, les dirigeants comptent couvrir les besoins des différentes régions en maintenant que l’ensemble des raffineries se trouvant sur le sol algérien seront à 100% la propriété de Sonatrach. Cet investissement considéré comme stratégique pour la valorisation des énergies qu’il engendre, s’inscrit dans l’optique de répondre à la demande nationale. Mais aussi contribuer à la promotion du développement économique tout comme à la création d’emplois. D’ailleurs et à en croire le président directeur général du groupe Sonatrach, Abdelhamid Zerguine , pas moins de 3 000 postes de travail seront générés par ces investissements, à travers les régions concernées.

 

Avec l’évolution du marché de l’automobile en Algérie, les constructeurs et concessionnaires y affluent. Surtout au regard de la place importante qu’occupe la voiture chez les Algériens, le marché automobile est des plus fructueux. Donc, une meilleure solution de rechange chez les spécialistes du domaine pour pallier la baisse des ventes dans leurs pays respectifs. Les données de l’office national des statistiques (ONS) en démontrent les faits. Les chiffres sur le parc de véhicules à moteur dépassent les 5 millions. Avec la prédominance pour les véhicules de tourisme qui représentent 74% du parc, les fourgonnettes en détiennent 19%.

 


Par Kaci Racelma

 

 

 

 

 

Ce message est également disponible en : FrenchArabic