Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
L'editorial

Akinwumi Adesina « L’Afrique est à l’aube d’une transformation économique sans précédent »

En marge du Sommet UK-Africa, le président de la Banque africaine de développement, Akinwumi Adesina, a appellé les investisseurs britanniques à prendre part au dynamisme de la zone de libre-échange continentale africaine.*

Comme vous l’auriez remarqué, la présence de nous tous d’Afrique, avec des présidents et chefs d’État de 12 pays, a certainement apporté à Londres un ensoleillement bien mérité. Et c’est une exportation gratuite d’Afrique: elle est en franchise de droits et sans contingent !

« L’Afrique du 21e siècle est une Afrique nouvelle et plus confiante »

L’Afrique du 21e siècle est une Afrique très différente. L’Afrique du 21e siècle est une Afrique nouvelle et plus confiante. Pensez juste aux chiffres. La population de l’Afrique, à 1,3 milliard de personnes, augmentera pour atteindre 2,6 milliards d’ici 2050. Avec la population la plus jeune du monde, l’Afrique sera le moteur du marché du travail mondial, car ses jeunes impactent le monde avec créativité, innovation et entrepreneuriat. Les dépenses interentreprises et de consommateur à consommateur en Afrique pourraient atteindre 5,6 billions de dollars d’ici 2020. La taille du marché alimentaire et agricole atteindra 1 billion de dollars d’ici 2030. Les économies africaines affichent de solides performances. L’année dernière, 17 pays ont connu une croissance du PIB réel de 3 à 5% et 20 pays ont augmenté de 5% et plus. Au moins cinq des économies à la croissance la plus rapide au monde se trouvent en Afrique. L’investissement étranger direct en Afrique l’année dernière a augmenté de 11% contre 4% en Asie. Cependant, l’investissement étranger direct a baissé de 13% dans le monde et de 23% dans les économies développées. Et vous pouvez sentir l’impact de la croissance de l’Afrique ici même à Londres. Aujourd’hui, 110 sociétés africaines sont cotées à la Bourse de Londres, avec une capitalisation boursière de 197 milliards de dollars. La croissance de la richesse en Afrique entraîne une croissance de la richesse pour le Royaume-Uni. L’Afrique et le Royaume-Uni ont de solides liens historiques commerciaux et culturels. Ce sont ces liens qui donnent aux investisseurs du Royaume-Uni une longueur d’avance sur l’Afrique. L’Afrique abrite 19 des 53 États membres du Commonwealth. Aujourd’hui, beaucoup d’entre eux sont d’énormes marchés, débordant d’énormes opportunités d’investissement. En 2018, le Commonwealth avait un PIB annuel combiné de 11,9 billions de dollars. Avec une population de 2,5 milliards d’habitants, le Commonwealth compte pour un tiers de la population mondiale. L’Afrique et le Royaume-Uni devraient être des partenaires commerciaux majeurs.

La réalité, cependant, est que le commerce du Royaume-Uni avec l’Afrique évolue à la baisse. De 49 milliards de dollars en 2012, le commerce est tombé à 30,6 milliards de dollars en 2018. Le commerce du Royaume-Uni avec l’Afrique est également très concentré. Les cinq premiers partenaires commerciaux africains représentent 72% des échanges avec le Royaume-Uni, l’Afrique du Sud et le Nigéria représentant à eux seuls près de la moitié du commerce total. La composition commerciale ne favorise pas l’Afrique. Alors que les exportations du Royaume-Uni vers l’Afrique se concentrent sur les machines, les combustibles et huiles minéraux, les équipements électriques et les produits pharmaceutiques, les exportations africaines sont principalement des produits de base: minéraux, pétrole et gaz, métaux précieux, fruits et noix comestibles. Je sais que nous parlons beaucoup de l’importance de l’Afrique pour le Royaume-Uni. Mais la réalité est que l’Afrique représente une part infime du commerce total du Royaume-Uni. Cette part était de 4% en 2012. Aujourd’hui, elle est tombée à 2,6%. L’investissement étranger direct du Royaume-Uni vers l’Afrique a diminué d’un tiers depuis 2015, s’établissant désormais à 45 milliards de dollars. Ces tendances vont toutes dans la mauvaise direction. Les tendances doivent changer! Le fait que nous ayons cette conversation au Parlement britannique est un excellent début. La convocation de ce sommet par le Premier ministre Boris Johnson est un début encore plus important.

« Des partenariats d’égal à égal »

Je voudrais suggérer des moyens de recalibrer les relations commerciales et d’investissement entre le Royaume-Uni et l’Afrique. Premièrement, le Royaume-Uni devrait augmenter ses investissements en Afrique. Les opportunités parlent d’elles-mêmes. Lors du Forum sur l’investissement en Afrique organisé par la Banque africaine de développement et ses partenaires en 2019, les investissements ont été sécurisés pour des projets d’une valeur de 40,1 milliards de dollars, en moins de 72 heures. Et les investisseurs venaient de 101 pays dans le monde, dont 61 hors d’Afrique. Deuxièmement, le Royaume-Uni peut soutenir l’Afrique dans le secteur des services financiers. Troisièmement, la composition des échanges entre le Royaume-Uni et l’Afrique devrait changer. Le Royaume-Uni devrait aider l’Afrique à s’intégrer rapidement dans les chaînes de valeur mondiales. Pour changer les choses, il faut commencer par un regard critique sur le régime commercial actuel et concevoir de nouveaux arrangements pour l’avenir. L’accord de partenariat économique sur le commerce avec l’Afrique, dans le cadre duquel le Royaume-Uni était impliqué, concernait un partenariat inégal. L’engagement devrait porter sur un partenariat entre égaux. Et vous pouvez comprendre pourquoi. Pensez-y un instant: L’Afrique, avec sa zone de libre-échange continentale, une énorme taille de marché de 3,3 billions de dollars, est maintenant la plus grande zone de libre-échange au monde depuis la création de l’Organisation mondiale du commerce. Avec des tarifs, des règles et des normes harmonisés, c’est un marché que personne ne peut ignorer dans le monde. Les temps ont changé. L’engagement doit changer. C’est une nouvelle Afrique. Le Royaume-Uni et l’Afrique doivent désormais s’engager différemment, hardiment et stratégiquement pour des avantages mutuels. Ce seront des partenariats d’égal à égal. Le Royaume-Uni n’aura pas besoin de négocier individuellement avec chacun des 54 pays africains, mais pourra négocier avec l’Afrique en bloc.

L’Afrique a besoin de «s’unir et d’échanger»

Les conditions d’engagement doivent également changer. Il est temps de mettre du vin nouveau dans de nouvelles bouteilles de vin. Les négociations avec l’Afrique en tant que bloc doivent tirer les leçons des défis et des pièges des APE signés par l’UE avec les communautés économiques régionales africaines. Ces arrangements désavantagent essentiellement les pays africains, car ils différencient l’accès entre les pays, selon la classification selon qu’ils sont en développement ou sous-développés. Il s’agissait de «diviser et échanger». Cette différenciation décourage l’intégration régionale. Il est clair que les pays africains ne seront pas intéressés à reconduire ces APE pendant la période de transition post-Brexit. L’Afrique a besoin de «s’unir et d’échanger». Avec le Brexit, l’Afrique devrait renégocier l’accès sans contingent et en franchise de droits au marché britannique tout en libéralisant ses propres marchés pour les produits britanniques. Le nouveau réengagement devrait être basé sur une confiance mutuelle respectée. En tant que tel, le Royaume-Uni devrait supprimer la clause de non-exécution qui existe actuellement dans le cadre de l’APE avec l’UE, qui donne le pouvoir de suspendre les engagements commerciaux en raison de problèmes politiques. Le commerce devrait se limiter à des préoccupations économiques et commerciales. Pour améliorer les relations commerciales, il faut s’assurer que la clause de traitement favorable est plus favorable dans les nouveaux accords commerciaux avec l’Afrique. Le Royaume-Uni concluant des accords commerciaux avec d’autres parties, les biens et services africains devraient être traités plus favorablement. L’Afrique ne veut pas seulement faire du commerce. L’Afrique veut également s’industrialiser. L’Afrique ne veut plus exporter de matières premières mais des produits à valeur ajoutée. Le nouvel engagement commercial du Royaume-Uni avec l’Afrique devrait éviter les règles d’origine qui perpétuent les exportations de produits primaires d’Afrique. La flexibilité des règles d’origine devrait permettre aux composants d’être achetés au niveau régional en Afrique mais à la production au niveau national. Cela permettra l’émergence et le développement de chaînes de valeur régionales, l’expansion des produits à valeur ajoutée en provenance d’Afrique et l’augmentation de la valeur des produits sur le marché britannique en provenance d’Afrique. L’espace alimentaire et agricole offre d’énormes opportunités pour les pays africains d’exporter vers le marché britannique. Alors que la politique agricole commune (PAC) de l’UE, qui comprenait également le Royaume-Uni, a nui à l’agriculture en Afrique – en raison de subventions massives – il est maintenant temps pour le Royaume-Uni de tourner la page et de s’engager différemment dans l’agriculture. Un nouveau cadre politique qui remplace la PAC par des politiques plus favorables au marché qui créent des incitations à l’exportation de produits alimentaires et agricoles à valeur ajoutée de l’Afrique vers le marché britannique serait essentiel pour stimuler le commerce à valeur ajoutée. Bien entendu, il faudra réduire ou supprimer les barrières non tarifaires aux produits à valeur ajoutée en provenance d’Afrique. Le Royaume-Uni ne devrait pas considérer le Brexit sous l’angle de la «maîtrise des dommages» mais sous l’angle de «l’opportunité».

« Se tourner vers l’Afrique, le marché du futur »

Comme le Royaume-Uni regarde hors d’Europe, le Royaume-Uni devrait se tourner vers l’Afrique. C’est le marché du futur. Alors que le Royaume-Uni et l’Afrique recalibrent et s’engagent dans des échanges et des investissements mutuellement bénéfiques, les défis d’aujourd’hui deviendront les vastes opportunités de demain. A chaque changement viennent des peurs, des angoisses et des appréhensions. Un enfant dans l’utérus qui y est à l’aise depuis 9 mois doit soudainement sortir de l’utérus. C’est un Womb-Exit! Tout ce que vous entendez, ce sont des cris alors que le nouveau bébé entre dans un nouveau monde. Mais dès qu’ils ont dépassé ce stade et s’habituent à leur nouvel environnement du monde, ils ne veulent plus partir. Comme le cas de Hem and Haw dans le livre à succès de Spencer Johnson, Who Moved My Cheese ?, Haw a cherché des opportunités pour trouver de nouveaux fromages. Hem ne bougea jamais, inquiet que leur fromage soit parti. Il est temps d’écrire Haw sur le mur: « Plus vite vous lâchez le vieux fromage, plus vite vous pouvez trouver le nouveau fromage. » Le Royaume-Uni devrait rechercher de nouveaux fromages. Et pour cela il faut regarder vers l’Afrique!

*Le président de la Banque africaine a prononcé ce discours le 22 janvier au Parlement britannique en marge du Sommet UK-Africa.