A la uneActualité

AIMF Ville et numérique : quelle gouvernance ?

Data, logement, santé, éducation, mobilité… Le numérique impacte de plus en plus la gouvernance urbaine. Une nouvelle réalité à prendre en compte pour les élus locaux qui doivent en saisir les opportunités tout en anticipant sur les risques de dérives. Des questions au cœur de l’édition 2020 du Congrès des maires francophones.

 

C’est dans un contexte de crises multiples que s’est tenu, les 9 et 10 décembre, à Tunis et en ligne, le Congrès 2020 des maires francophones (AIMF). 130 délégations de maires et de partenaires internationaux venant de 33 pays d’Afrique, d’Amérique, d’Asie et d’Europe, ont participé aux débats sous un format, comme souvent ces derniers mois, en présentiel et virtuel. Parmi les officiels présents, on trouvait le chef du gouvernement tunisien, Hichem Mechichi, la maire de Paris, Anne Hidalgo – qui a d’ailleurs été élu présidente de l’association pour les deux prochaines années –, celle de Tunis, Souad Abderrahim, ainsi que des représentants du gouvernement français, de l’Union du Maghreb, de la Commission européenne…

Quels partenariats avec les acteurs du territoire ?

Parmi les sujets abordés, le numérique et son impact sur la gouvernance urbaine. De la data, au logement et la santé, en passant par l’éducation et la mobilité, cette nouvelle réalité est à prendre en compte pour les maires qui doivent à la fois profiter des opportunités offertes par le secteur, tout en prévenant les risques de dérives. Ces questions étaient au cœur des travaux du 9 décembre, qui sont venus clore 2 mois d’ateliers préparatoires tenus en visioconférence avec les autorités locales, des start-ups, des universitaires… Le numérique a également été mis à l’honneur lors de la remise du prix AIMF de la Femme francophone, décerné cette année à deux citoyennes engagées pour le numérique : Marie du Chastel, curatrice du festival KIKK de Namur et créatrice du projet AfriKIKK, et Aude Nyadanu, créatrice du projet Lowpital, organisant des hackathons pour faire émerger des solutions innovantes en matière de santé.

Urgence : une solidarité renforcée entre les villes

La rencontre de Tunis a également été l’occasion de faire le bilan des actions engagées par l’AIMF pour soutenir les plans de riposte des villes face à la Covid-19. Au total 2,5 millions d’euros ont été mobilisés par l’association pour appuyer 178 villes dans 19 pays. A cela s’ajoutera un apport en économies de fonctionnement décidé par l’association pour faire face aux besoins à venir, la crise sanitaire risquant d’affecter pour longtemps encore les territoires. L’association a notamment adopté un programme d’appui aux villes pour la réalisation de projets de développement urbain et s’est prononcé sur l’attribution de plus d’1 million d’euros de subventions pour 14 projets qui permettront d’améliorer l’accès à la culture et à l’éducation, à l’eau et à l’assainissement, aux services de santé, mais aussi de dynamiser l’entrepreneuriat. Ces subventions de l’AIMF joueront un rôle d’amorce pour constituer des partenariats financiers d’un montant supérieur à 8 millions d’euros. L’AIMF examinera aussi l’avancement des programmes de coopération pour l’appui à la gouvernance locale, sur cofinancement de l’Union européenne.