ActualitéArchives

Afrique : le changement passe par le numérique

Ce sont les résolutions de la 5e édition des Journées TIC et Numérique Africa 4.0 qui se sont tenues les 30 et 31 août à Yaoundé, au Cameroun.

Par Mahamat Ben Abdel, à Yaoundé

Mbang Sama est convaincu. Pour le professeur en transformation digitale basé en Allemagne, « Grâce au Smartphone, on n’aura plus besoin de sortir pour faire des courses. On va commander et on retrouvera tout à la maison. Les grandes villes seront intelligentes (autonomes).  Aucun domaine ne sera en reste ! », a-t-il assuré le 31 août, à l’ouverture de la 5e édition des Journées TIC et Numérique Africa 4.0, à l’hôtel Hilton à Yaoundé au Cameroun. « Dans nos sociétés en perpétuel mutations, le leadership digital va contribuer majoritairement », estime-t-il, au développement d’un pays.

D’ici 2025, l’économie sera 100% numérique

Pour survivre dans un monde globalisé et plus compétitif, il faut s’adapter à l’évolution technologique et aux exigences de l’heure. C’est l’idée partagé par les différents acteurs de cette édition des rencontres IT. Sur le plan économique par exemple, les entreprises vont se transformer dans de nombreux domaines. Le paysan pourra faire ses prévisions et cultiver en s’informant via son Smartphone et internet. Côté santé également, le patient pourra diagnostiquer sa maladie en se connectant avec son médecin sur la toile. Toutes ces technologies sont disponibles aujourd’hui. Il suffit de savoir les utiliser. Des défis à relever pour que le Cameroun puisse prendre le train en marche, encore qu’il a l’avantage d’être l’un des pays en Afrique sub-saharienne où la pénétration des Smartphones est très élevée. Il est question de mettre en place des infrastructures adéquates pour en faire une belle réussite.

Les politiques sont conscients des enjeux

Placé sous le haut patronage du Premier ministre camerounais, Philemon Yang, le rendez-vous digital de Yaoundé dont, le thème était : « Savoir-faire digital africain, entrepreneuriat et innovation à l’ère de l’industrie 40 » a été l’occasion pour les pouvoirs publics camerounais de placer le sujet au centre de leur politique. Selon la ministre des Postes et Télécommunications (Minpostel), Minette Li Libom Likeng qui a ouvert les travaux, ces journées sont focalisées cette année sur l’innovation et l’entrepreneuriat. Objectif : contribuer à la définition des politiques publiques favorisant la transformation digitale de l’administration et de promouvoir leur mise en œuvre en faveur de la jeunesse ; et  participer à l’élaboration de stratégies de financements en faveur de l’innovation, de l’entrepreneuriat et de l’émergence d’un écosystème numérique, par la formation de la jeunesse et la création d’emplois à travers le numérique.


 

Par Mahamat Ben Abdel, à Yaoundé

Ce message est également disponible en : Anglais