Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
A la uneActualité

Africa Tech La Tunisie sera-t-elle le laboratoire continental de l’intelligence artificielle ?

Hub technologique reconnu par les initiés, la Tunisie affiche de nouvelles ambitions. Celles de conduire le train de l’Intelligence Artificielle qui va accompagner, et accélérer, la transformation digitale du continent. Déjà, des entreprises émergent, mettant en valeur le savoir-faire du petit pays nord-africain.

 

Par Oussama Djemaa, à Tunis

 

Les 24 et 25 septembre derniers, Afric’Up tenait sa deuxième édition, à Tunis. Un événement qui aura prouvé, s’il fallait encore le démontrer, que le continent est à la pointe de l’innovation en matière de technologie.

 

«  Attention ! Halte! L’Afrique va réussir »

 

« Attention! Halte! L’Afrique va réussir » adressera ainsi Mohamed Zoghlemi, l’un des fondateurs d’Afric’Up, adepte de la première heure de la révolution 4.0, aux jeunes entrepreneurs originaires du continent et présents à la rencontre,  leur priant de croire en leur continent.

 

 

L’Afrique a rejoint la course : de nombreux pays africains s’engagent et adoptent la technologie

 

On sait que la technologie évolue et qu’elle fait partie des secteurs qui ont modifié les parcours de différents pays du monde. Maintenant que l’Afrique est entrée dans la course, beaucoup de pays africains s’engagent dans cette industrie convaincus que la technologie et l’innovation sont des outils pour atteindre la prospérité et être visible sur la scène internationale.

 

Pour ce faire, Marème Dieng, Head of international partnerships and relations Draper  University, il s’agit d’offrir à ces jeunes start-uppers africains un écosystème efficient. Autrement dit, adopter une approche pragmatique et apporter à ces jeunes une bonne formation, des histoires inspirantes, un accompagnement adéquat qui va les amener à réaliser leurs rêves.

 

 

Une scène technologique en plein essor sur le continent

 

La scène technologique est en plein essor sur le continent. Les pays parrainent des événements, des projets de loi sont adoptés pour que les citoyens aient réellement les opportunités dont ils ont besoin pour faire avancer le pays.

 

Une alternative longtemps recherchée à la prospérité économique, à la réduction du chômage, à l’exportation de technologies physiques ou de logiciels. La solution à certains des problèmes que le continent subit depuis des décennies. C’est un processus qui est pris en compte. Une idéologie qui se transmet à travers le continent africain.

 

«  L’écosystème mis en place dans certains pays d’Afrique, comme le Ghana, est plus attractif que certains pays européens »

 

Reste à attirer les investisseurs internationaux pour accompagner cet élan. L’écosystème mis en place dans certains pays d’Afrique, comme le Ghana, est plus attractif que certains pays européens assurent Baybars Altuntas, Chairman of the World Business Angels Investment Forum (WBAF).  Car si investir en Afrique peut être difficile, il s’avère également lucratif. « Les pays ont réussi à attirer des investisseurs, en déplaçant des fonds publics et en attirant des étrangers, ce qui peut avoir deux effets majeurs. Le premier est que, lorsque les étrangers investissent dans un pays, ils apportent leurs connaissances et leur expertise pour aider les jeunes pousses à se développer et laissent présager qu’ils seront en concurrence avec leurs homologues d’un autre continent. Ils doivent donc aller au-delà de leur zone de confort pour essayer d’amener les investisseurs à les aider à obtenir ce dont ils ont besoin. »

 

 

« La Tunisie a effectivement des atouts pour devenir un pole technologique pour l’intelligence artificielle, mais… »

 

Dans ce mouvement de transition continental, la Tunisie peut-elle devenir un hub technologique ? La Tunisie a effectivement des atouts pour devenir un pole technologique pour l’intelligence artificielle, estime Karim Koundi, associé au bureau de Deloitte à Tunis et responsable de l’industrie TMT en Afrique francophone et en Afrique centrale. Vivier en termes de ressources humaines, la Tunisie dispose également d’un positionnement géostratégique qui confirme cette ambition. Reste des handicaps majeurs : la faiblesse de son réseau de transport continental.

 

 

Ceci étant dit, la Tunisie compte déjà des start-up très actives dans le domaine de l’intelligence artificielle (IA), à l’instar de la société Enova Robotics. Présente sur le marché européen, cette entreprise, 100% made in Africa, vise le marché américain. Démontrant ainsi la compétitivité des start-up africaines sur la scène de la Tech internationale.