A la uneActualité

Africa Investment Forum 2019 67,6 milliards $ de deal, 40,1 milliards $ garantis aux investisseurs

C’est le bilan de l’ Africa Investment Forum 2019. Pour sa deuxième édition l’évènement, organisé à Johannesburg les 12 et 13 novembre par la Banque africaine de développement, s’est traduit par une augmentation de 44% d’accords financiers par rapport à l’année précédent.

Plus de 2 221 participants ont assisté cette année à l’ Africa Investment Forum 2019 qui se tenait à Johannesburg les 12 et 13 novembre. Des responsables de gouvernement, , du secteur privé, d’institutions financières de développement, de banques commerciales et d’investisseurs institutionnels. Au total 109 pays, 48 ​​d’Afrique et 61 de l’extérieur.

« L’Afrique est prête à s’engager selon ses propres conditions »

« Le Forum est une plate-forme qui changera le paysage de l’investissement en Afrique », annonçait Chinelo Anohu, directeur principal du Forum. Selon lequel « L’Afrique est prête à s’engager selon ses propres conditions. »

De fait, pour sa deuxième édition, le forum se conclura sur des montants records de transaction. Avec plus de 40 milliards de $ récoltés. « «Nous avons signé 56 contrats d’une valeur de 67,6 milliards de dollars, soit une augmentation de 44% par rapport à l’année dernière », s’est ainsi réjoui à la clôture le président Adesina. Ce qui représente une hausse de 44% par rapport aux sommes mobilités l’année dernière, lors de la première édition du Forum .

Parmi les accords clés signés : un accord COCOBOD de 600 millions de dollars pour le Ghana, pour la transformation, l’entreposage et la transformation du cacao ; 58 millions de dollars pour le Fonds d’identité Alithea pour les femmes ;

un accord de concession pour le train Sky d’Accra d’une valeur de 2,6 milliards de dollars.

« L’Afrique est bancable ! »

Un Forum qui s’est concentré sur des projets et des accords en cours dans plusieurs secteurs, notamment l’énergie, les infrastructures, les transports et les services publics, l’industrie, l’agriculture, les TIC et les télécommunications.

« Maintenant, le dur labeur commence pour accélérer la conclusion de ces accords jusqu’à la clôture financière … » Avant d’en conclure : L’Afrique est bancable ! »

Ce message est également disponible en : AnglaisArabe