A la uneL'editorial

Aérien : La consolidation de l’Afrique devient-elle enfin une réalité ?

Depuis des années, on parle de la nécessité de partenariats africains. Les récentes d’action pourraient-elles être de bon augure pour l’avenir du ciel africain ?

Par Victoria Moores*

Au cours des derniers mois, les annonces de partenariats africains se sont succédé à un rythme tranquille, mais régulier. La plus importante d’entre elles a eu lieu en septembre, lorsque Kenya Airways et South African Airways (SAA) ont pris le marché par surprise en annonçant leur intention de mettre en commun leurs ressources et d’étudier la création d’un groupe aérien panafricain. Ce changement d’état d’esprit improbable pour les deux compagnies aériennes est probablement une réponse concurrentielle à Ethiopian Airlines, qui domine le marché africain.

Cependant, Kenya Airways et SAA sont toutes deux en mauvaise posture financière et SAA vient seulement de reprendre ses vols après avoir été clouée au sol pendant 18 mois pour se restructurer. Les deux transporteurs doivent agir différemment, mais ce partenariat créera-t-il une force partagée ou une faiblesse commune ?

Kenya Airways étudie également la possibilité d’une coopération stratégique avec Congo Airways, ce qui reflète étroitement la stratégie d’Ethiopian consistant à créer des compagnies aériennes en JV dans d’autres pays africains. L’imitation est la meilleure forme de flatterie et cela a été une réussite avérée pour Ethiopian – avec le Congo parmi ses cibles.

Au cours des derniers mois, les annonces de partenariats africains se sont succédé à un rythme tranquille, mais régulier

Le réseau de JV d’Ethiopian comprend déjà la compagnie togolaise ASKY en Afrique de l’Ouest, Malawian Airlines, basée à Lilongwe, en Afrique australe, et Tchadia Airlines en Afrique du Centre-Nord. Ethiopian travaille actuellement à la création de deux autres JV, Zambia Airways en Afrique australe et un nouveau transporteur à Kinshasa, la capitale de la République démocratique du Congo (RDC). Le Nigeria est également un marché cible de la JV éthiopienne.

Un rapprochement avec SAA avait été envisagé par Ethiopian, mais le PDG d’Ethiopian, Tewolde Gebremariam, a déclaré que sa proposition n’avait pas été retenue. Ethiopian et SAA sont des partenaires de Star Alliance, mais Ethiopian a récemment signé un nouvel accord interligne avec la compagnie sud-africaine indépendante Airlink, qui s’appuie sur un partage de code antérieur avec la compagnie régionale sud-africaine CemAir. Ce renforcement sud-africain pourrait-il être une réponse concurrentielle au partenariat de SAA avec Kenya Airways ?

Pendant ce temps, les compagnies du Golfe consolident leurs partenariats africains. Emirates a étendu sa relation avec SA Airlink à un partage de code. De même, Qatar Airways a annoncé un partage de code avec RwandAir, dernière étape d’un partenariat stratégique entre les deux compagnies.


*Victoria Moores a rejoint Air Transport World en tant que rédactrice en chef/chef de bureau européen basée à Londres le 18 juin 2012. Victoria a près de 20 ans d’expérience dans l’industrie de l’aviation, couvrant les opérations au sol des compagnies aériennes, l’analyse, le journalisme et les rôles de communication.

Source : Aviation week

Ce message est également disponible en : AnglaisArabe