A la uneParcours

Abdoulaye Diop, nouveau patron de la commission de l’UEMOA

L’Union économique et monétaire ouest-africaine (UEMOA) change de patron. Le Nigérien Abdallah Bouréima, au terme d’un seul mandat de quatre ans, cède la présidence au Sénégalais Abdoulaye Diop, ancien journaliste. Portrait. 

Les chefs d’Etat de ces pays ouest-africains qui partagent le CFA comme monnaie commune, ont « décidé de confier la présidence de la Commission de l’UEMOA au candidat proposé par la République du Sénégal ». A savoir Abdoulaye Diop. Sa nomination a été actée par le chef de l’Etat burkinabè, Roch Marc Christian Kaboré, président en exercice de l’UEMOA. Elle fait suite aux recommandations de la 22e session ordinaire tenue par visioconférence le 25 mars 2021.

Abdourahmane Dia a rejoint la rédaction de VOA Afrique en 2016. Avant cela, il a été rédacteur-en-chef adjoint de BBC Afrique à Dakar. Abdou Dia est diplômé du CESTI, l’école de journalisme de Dakar, et titulaire d’un Master en Politique internationale et comparée de Wright State University, dans l’Ohio.   

Une nomination dans un contexte de débat autour de la réforme du franc CFA

Abdoulaye Diop a par ailleurs occupé le poste de ministre du budget de son pays d’avril 2000 à mai 2001 dans le premier gouvernement de l’ancien président Abdoulaye Wade. Ce haut fonctionnaire était, jusqu’à sa nomination a l’UEMOA, ministre-conseiller du chef de l’Etat sénégalais Macky Sall.

Sa nomination marque le retour du Sénégal à la tête de cette commission après l’avoir perdue il y a quatre ans. 

Les pays de l’UEMOA sont engagés dans un débat sur la réforme du franc CFA après une levée de boucliers d’activistes dans plusieurs pays africains qui dénoncent « le caractère néocolonial » de cette monnaie que partagent d’anciennes colonies françaises.

En décembre 2019, le président français Emmanuel Macron et son homologue ivoirien Alassane Ouattara avaient annoncé que le CFA serait remplacé par une monnaie ouest-africaine, l’ECO.

Mais des chefs d’Etat de la CEDEAO, dont les pays qui n’utilisent pas le CFA comme le Nigeria, avaient critiqué cette annonce, estimant qu’elle mettait en cause le projet de monnaie régionale commune.

Ce message est également disponible en : Anglais