• QUIPUX Afrique veut exporter ses solutions intelligentes à la sous région

QUIPUX Afrique veut exporter ses solutions intelligentes à la sous région

Avec une croissance démographique et un exode rural qui s’intensifient, les regards se tournent vers les grandes villes africaines. Non sans une certaine appréhension. La Banque mondiale prévoit un doublement de la population urbaine dans les 25 prochaines années pour atteindre 1 Md d’habitants en 2040. Un enjeu de taille que les différents gouvernements devront relever à travers des politiques réfléchies à long terme. Il s’agira notamment de parvenir à fluidifier les moyens de transports, la circulation des automobilistes tout en assurant une sécurité routière.

 

Pour ce faire, les ministères pourront s’appuyer sur des solutions technologiques qui se multiplient afin de rendre la ville « intelligente ». Ainsi, des centres de contrôles opérationnels permettent déjà via des dispositifs électroniques un monitoring en temps réel des principales voies de circulation ; des panneaux à message variables informent les automobilistes et ainsi modifient leur comportement. Mais ce n’est pas tout. La mutation des mégalopoles devra s’accompagner d’une modernisation de l’administration des transports. En Côte d’Ivoire, c’est la société Quipux qui a été choisie à l’issue d’un appel d’offre international pour cette tâche. A sa tête, Ibrahima Koné nous explique les solutions qu’ils ont mises en place notamment à travers un système de gestion intégré. Selon lui « la Côte d’Ivoire est l’un des seuls pays à disposer d’une telle plateforme interactive et d’une telle base de donnée qui permettra à terme de mutualiser et de mettre en place des actions ». S’appuyant sur cette expérience, il souhaite désormais exporter le procédé dans toute la sous-région.

Vous pourriez aussi aimer

Reportages

Ethiopie: Les facteurs d’une forte attractivité

Avec une décennie au cours de laquelle elle affichait une croissance économique record, l’Ethiopie faisait figure de locomotive de la Corne de l’Afrique. Si pendant douze ans, le pays pouvait