• Les Etats-Unis prospecte en Afrique de l’Ouest

Les Etats-Unis prospecte en Afrique de l’Ouest

Depuis l’élection de Donald Trump, les Etats-Unis peinent à définir un vrai plan stratégique dans leur relation avec les états du continent africain.. Peut-être que la tournée que mène actuellement l’OPIC – (Overseas Private Investment Corporation) organisme gouvernemental chargé de prospecter à l’étranger en vue d’éventuels investissements – devrait les aider à y voir plus clair.

 

C’est dans la plus grande discrétion que l’OPIC effectue une tournée ouest africaine en ce début d’année. Composée d’une vingtaine de membres, la délégation a d’abord fait escale au Ghana. Un choix stratégique. Selon l’ambassade américaine à Accra: les investissements américains au Ghana s’élèvent à 1,2 milliards de dollars principalement dans les secteurs du logement, de la santé, de l’éducation et de l’énergie.

Puis, la délégation américaine est arrivée au Togo il y a deux jours. A Lomé, elle a dîné dans l’ambassade américaine à Lomé. Au cours de ce dîner, plusieurs entrepreneurs togolais soutenus par les Etats-Unis dans le cadre de programmes fédéraux financés par Washington ont pu échanger avec eux. «Ils étaient dans un esprit d’écoute, d’échanges. Ils cherchent à créer des ponts avec les sociétés civiles sans passer obligatoirement par les gouvernements. Leur objectif est de créer des passerelles entre les entreprises américaines et nous», nous a confié Gnarou Manibézouwé, entrepreneur dans le secteur agricole qui a participé à ce dîner. Ce passage au Togo de la part de cette délégation est peu surprenant dans la mesure où l’OPIC finance actuellement une centrale électrique de 100 Megawatts à proximité de Lomé. Enfin la délégation devrait se rendre au Cameroun prochainement. 

Donald Trump dans l’inconnu

Cette tournée africaine de l’OPIC peut-elle permettre à l’administration Trump d’avoir un avis plus tranché sur sa future ligne politique avec le continent africain? Pas si sûr. Cela s’explique par la relative non connaissance du président américain sur ces sujets. Même si le locataire de la Maison-Blanche avait fait un discours plutôt remarqué lors d’un dîner organisé en présence exclusivement de chefs d’états africains à New-York. Le président américain les avait même félicités «pour leur incroyable croissance», expliquant que «ses amis voulaient y investir beaucoup d’argent dans l’espoir d’être plus riche», leur avait-il dit. S’il semble encore trop prématuré pour prédire le destin des amis de Donald Trump, en revanche : l’accord de libre-échanges entre les Etats-Unis et le continent africain dénommé AGOA s’essouffle. Celui-ci permet, grâce à une loi votée en l’an 2000 , à  6800 produits issus du continent d’être exporté sur le sol américain sans aucune surtaxe à leur arrivée. Mais depuis, il semblerait que cet accord ait du plomb dans l’aile. Entre 2008 et 2016, selon le département d’état américain, les exportations africaines aux Etats-Unis seraient passées de 81 milliards de dollars à 18,7 milliards de dollars. Côté américain: celles-ci ont également chuté sur la même période passant de 36,9 à 33,7 milliards de dollars.


 

 

Vous pourriez aussi aimer

Actualité

Maroc : La lente mutation des télécoms

La libéralisation du marché des télécommunications atteint actuellement une étape décisive au Maroc. Le partage des infrastructures héritées par Maroc Telecom peine à se mettre en place et l’Agence de

Actualité

Sénégal : 163,5 milliards FCFA injectés sur 363 km de routes

Au Sénégal, depuis deux ans , le gouvernement de Macky Sall a injecté 163,5 milliards de FCFA pour la construction de 363 km de routes. Tel est le bilan des

Actualité

Investissements publics et privés : La BAD prête 112,5 M$ au Maroc

La BAD a décidé de prêter 112,5 millions de dollars supplémentaires au Maroc pour soutenir les réformes nécessaires au « déblocage du potentiel de croissance » du pays qui n’est pas à