• Industrialiser l’Afrique grâce à l’agriculture et l’agro-industrie

Industrialiser l’Afrique grâce à l’agriculture et l’agro-industrie

Les Assemblées annuelles 2017 de la BAD se sont déroulées à Ahmedabad, en Inde, du 22 au 26 mai sous le thème « Transformer l’agriculture pour créer de la richesse en Afrique », en présence de son président, Akinwumi Adesina.

 

Par Akinwumi Adesina, le président de la Banque africaine de développement (BAD)

Aucune région au monde ne s’est jamais industrialisée sans transformer son secteur agricole. Pour les économies africaines, l’agriculture – qui représente 16,2 % du PIB du continent et fournit du travail à plus de 60 % de sa population – est la clé de l’accélération de la croissance, de la diversification et de la création d’emplois. Mais, ce secteur a toujours enregistré de faibles performances. Les rendements céréaliers y sont nettement inférieurs à la moyenne mondiale. Les intrants agricoles modernes, comme les semences améliorées, la mécanisation et les systèmes d’irrigation, s’avèrent encore très limités.

Par le passé, l’agriculture était perçue, non pas comme un secteur créateur de richesses, mais comme le moyen, pour les organisations de développement humanitaire, de lutter contre la pauvreté. Or l’agriculture africaine recèle un formidable potentiel, notamment en matière d’investissements. Quelque 65 % de toutes les terres arables non cultivées dans le monde se trouvent en Afrique. D’ici à une génération, quand le continent pourra se nourrir par lui-même, il sera également en mesure de nourrir les neuf milliards de personnes que comptera la planète en 2050.

Un marché de 1 000 milliards de dollars d’ici à 2030

Hélas, à mésestimer son agriculture, l’Afrique gaspille quantités d’argent et de ressources. L’importation de denrées alimentaires, par exemple, représente chaque année 35 milliards de dollars en devises étrangères, un montant qui devrait franchir les 100 milliards de dollars par an d’ici à 2030. Ce faisant, l’Afrique grève son avenir économique. Elle importe la nourriture qu’elle devrait produire elle-même. Elle exporte – souvent vers les pays développés – les emplois qu’elle devrait préserver et développer. Et elle paie au prix fort les denrées de base, subissant les fluctuations du marché mondial.

Le secteur alimentaire et agroalimentaire devrait donc bondir de 330 milliards de dollars aujourd’hui à 1 000 milliards de dollars d’ici à 2030 – n’oublions pas non plus les quelque deux milliards de personnes supplémentaires qui devront se nourrir et se vêtir. Entreprises et investisseurs africains doivent saisir cette opportunité et libérer ce potentiel pour l’Afrique et les Africains.

L’Afrique doit commencer par traiter l’agriculture comme un secteur d’activités commerciales et s’inspirer sans plus tarder des expériences menées ailleurs, comme en Asie du Sud-Est dont la croissance économique rapide s’est appuyée sur une industrie agroalimentaire et agro-industrielle forte. La formule de transformation est bien celle-ci : associée à des capacités industrielles, de fabrication et de transformation, l’agriculture se traduit en un développement économique fort et durable, qui crée de la richesse dans tous les pans de l’économie.

24 milliards de dollars pour « Nourrir l’Afrique »

Pour stimuler l’agro-industrialisation, nous devons être capables de financer l’agriculture, pour en libérer le potentiel et en faire un secteur d’activités sur le continent. Dans le cadre de sa stratégie « Nourrir l’Afrique »  la Banque africaine de développement va investir 24 milliards de dollars dans l’agriculture et le secteur agroalimentaire dans les dix prochaines années. C’est  400 % de plus que le niveau de financement actuel, qui s’élève à 600 millions de dollars par an.

Au cœur de cette stratégie, figurent 700 millions de dollars  destinés à financer le programme phare « Technologies pour la transformation de l’agriculture en Afrique », qui vise à développer les technologies agricoles pour atteindre des millions d’agriculteurs africains dans les dix ans à venir. Aussi, la stratégie de la Banque a-t-elle également pour objectif majeur d’accélérer le financement commercial de l’agriculture, car malgré son poids, le secteur agricole reçoit moins de 3 % du total des financements octroyés par le secteur bancaire.

Les instruments de partage des risques pourraient résoudre ce problème en répartissant les risques relatifs aux prêts que les banques commerciales allouent au secteur agricole. Les institutions de financement du développement et les banques multilatérales de développement doivent créer des facilités de partage des risques dans chacun des pays africains pour exercer un effet de levier sur les financements agricoles. La Banque africaine de développement donne le ton en s’inspirant d’un programme de partage des risques particulièrement probant que j’ai défendu quand j’étais ministre de l’Agriculture au Nigeria.

Il faut créer des zones agro-industrielles

Développer les infrastructures en milieu rural est capital pour la transformation du secteur agricole – accès à l’électricité et à l’eau, routes et voies ferrées pour le transport des denrées alimentaires brutes et transformées, notamment. Le manque d’infrastructures accroît le coût de l’activité économique, dissuadant les entreprises agro-alimentaires de s’installer en zone rurale. Les autorités doivent offrir à ces entreprises des avantages au plan fiscal et des infrastructures, pour les encourager à déménager dans les zones rurales, plus près des lieux de production que de consommation.

Pour ce faire, l’on peut créer des zones agro-industrielles et des zones de transformation des cultures vivrières dans les régions rurales. Associées à des infrastructures améliorées – routes, installations hydriques et électriques, voire des logements appropriés, ces zones permettront de réduire les coûts opérationnels pour les entreprises privées du secteur agroalimentaire.

Elles créeront de nouveaux marchés pour les agriculteurs, multiplieront les opportunités économiques en milieu rural, stimuleront l’emploi et  y attireront des investissements nationaux et étrangers. Outre les coûts opérationnels, cela réduira aussi fortement le niveau élevé de pertes après récolte qu’enregistre aujourd’hui le continent. Au fur et à mesure que les revenus agricoles augmenteront, les zones rurales aujourd’hui délaissées se mueront en lieux de prospérité économique.

Notre objectif est simple : soutenir le développement agro-industriel massif sur tout le continent africain. Une fois cet objectif atteint, l’Afrique aura pris la place qui lui revient en tant que puissance mondiale de la production alimentaire. Elle pourrait tout aussi bien nourrir alors la planète entière. La transforma01tion économique pour laquelle nous œuvrons tous aura alors été pleinement atteinte.


 

Auteur : Akinwumi Adesina, président de la Banque africaine de développement (BAD // Photos : Akinwumi Adesina © DR

Vous pourriez aussi aimer

L'editorial

Afrique, nouvel eldorado des entrepreneurs ?

Tous les titres des journaux européens parlent de la croissance africaine et de ce continent en pleine effervescence. Un des vecteurs clés d’une croissance est la situation entrepreneuriale d’un pays.

L'editorial

L’éditorial de…. Adama Wade

Journaliste, éditorialiste, ancien directeur de la rédaction de la publication Les Afriques, il dirige aujourd’hui le site dédié à la finance en Afrique, FinancialAfrik. ​
Sommet Afrique-Union Européenne: deux options pour

L'editorial

Recyclage et valorisation des déchets, une opportunité nouvelle pour l’Afrique

L’Afrique va mieux : Si la population reste à 60% agricole, le développement africain de l’industrie et des services a ses propres nouveaux champions, et l’urbanisation croissante a créé une classe