• Gestion des ressources naturelles : un défi pour demain, une urgence aujourd’hui
  • Gestion des ressources naturelles : un défi pour demain, une urgence aujourd’hui
  • Gestion des ressources naturelles : un défi pour demain, une urgence aujourd’hui
  • Gestion des ressources naturelles : un défi pour demain, une urgence aujourd’hui
  • Gestion des ressources naturelles : un défi pour demain, une urgence aujourd’hui
  • Gestion des ressources naturelles : un défi pour demain, une urgence aujourd’hui
  • Gestion des ressources naturelles : un défi pour demain, une urgence aujourd’hui

Gestion des ressources naturelles : un défi pour demain, une urgence aujourd’hui

Alors que les ONG annonce l’une des plus graves crises humanitaires qu’a connu l’Afrique ses soixante dernières années, aucune réponse à court terme n’est envisagée. Malgré les réserves les plus importantes en terme de ressources naturelles, l’Afrique n’est pas toujours pas en mesure d’assurer les besoins vitaux de ses populations, à commencer par l’accès à l’eau. Reportage en Ethiopie, en marge du forum Tana 2017, dont le thème était précisément « Gouvernance des Ressources naturelles en Afrique ».

 Par Charly Celinain, envoyé spécial en Ethiopie

 

Si l’Afrique cumule les plus grandes réserves en matière de ressources naturelles (12% des réserves mondiales de pétrole, 40% des gisements d’or du monde et environ deux-tiers des terres du monde les plus appropriées pour l’agriculture et les forêts), le continent peine à répondre aux besoins les plus primaires de sa population, à commencer par l’accès à l’eau.  Avec un impact économique majeur : la mauvaise évaluation des ressources naturelles en Afrique entraîne une perte de 50 milliards USD par an, plus que l’investissement étranger direct et l’aide au développement réunis en Afrique. Mais également sécuritaire sachant qu’au cours des 60 dernières années, entre 40 et 60% des conflits armés internes étaient liés aux ressources naturelles selon la BAD…

Une perte de 50 milliards USD par an

Et si, à la veille d’un drame humain sans commune mesure depuis près de soixante ans, les ONG alertent, les acteurs publics nationaux et panafricains sont à court de réponse à court terme. A commencer par l’Union africaine. Une institution qui, à sa création l’UA promettait d’assurer indépendance de l’Afrique, y compris sur le plan de ses ressources naturelles. Ses responsables se sont toutefois réunis récemment pour réfléchir au problème. 

Valoriser et préserver

Ils participaient par ailleurs au forum Tana 2017, dont le thème est précisément Gouvernance des Ressources naturelles en Afrique, qui se tenait en Ethiopie les 22 et 23 avril dernier. Valoriser et préserver ces ressources, c’est le défi de l’Afrique de demain. Comment les leaders des pays concernés se préparent face à un drame humanitaire majeur à court terme… mais également à long terme alors que la population africaine doit doubler d’ici 2050 ?  

Seule alternative : former les leaders de demain

Autant de questions posées en marge de ce RDV qui a réuni des acteurs institutionnels, publics et économiques ainsi que des représentants d’association. Pour ceux que nous avons rencontrés, la seule alternative c’est l’éducation. Former les leaders de demain en mesure d’assurer une meilleure gestion des ressources naturelles, c’est l’enjeu des années à venir.

Voir notre reportage.

 

 

 


 

Par Charly Celinain, envoyé spécial en Ethiopie

Vous pourriez aussi aimer