• Gabon : percée de l’industrie du bois

Gabon : percée de l’industrie du bois

Selon le dernier rapport de la direction générale de l’économie et de la politique fiscale, la production du bois débité a progressé de 11,4% pour atteindre 407 325 m3 au cours du premier semestre 2017. Une filière qui fait l’objet de toutes les attentions dans un contexte de crise économique aïgue.

Par Pierre-Eric Mbog Batassi

Cette croissance de la production du bois débité s’explique par un meilleur approvisionnement en grume et le  renforcement du tissu industriel, souligne le texte de la direction générale de l’économie et de la politique fiscale.

Belles performances des industries de bois

Au cours de la même période, la vente de bois aux industries locales s’est caractérisée par une hausse de 14%  à 262 560 m3, en raison de la forte demande des industries ne disposant pas de permis forestier. De même, les ventes locales sont en amélioration de 14,6%, pour s’afficher à 21 977m3. De manière globale, les industries de transformation du bois ont connu un raffermissement de leurs activités.

A contrario, les exportations en volumes ont enregistré une baisse de -0,7%,  en raison de la contraction de la demande internationale en placage.

Résultat positif pour les unités de sciage

Pour ce qui concerne les unités de sciage, les 6 premiers mois de l’année 2017 se sont terminés sur un résultat globalement positif. La production du sciage a augmenté de 14,7% pour se situer à 247 667m3, du fait d’un meilleur approvisionnement des unités de transformation en grumes. De même, les exportations ont connu une forte demande sur le marché extérieur des bois tropicaux pour atteindre 206 684m3, soit une augmentation de 7,7%.  Par contre, les ventes locales ont chutés de 31,5%.

Bonne santé du segment du contreplaqué

Au niveau du volet de la fabrication de contreplaqué, la première moitié de l’année a été marqué par la poursuite de l’amélioration des performances industrielles et commerciales. La production a ainsi augmenté de 37,8%  à 37 99m3, en raison de l’accélération du rythme d’approvisionnement en grumes des principales unités de transformation.

Sur le plan local et à l’international, et du point de vue commercial, les ventes de contreplaqué ont connu également une tendance progressive, avec une demande atteignant ainsi 3275m3 et 26 981m3 respectivement.

Résultat mitigé pour le placage

La branche placage a par contre enregistré des résultats mitigés. La production est restée stagnante pendant que les exportations ont baissé de 17,5% à 83 121m3, du fait de la faiblesse des clients asiatiques et européens. Toutefois, les ventes locales ont explosées au cours du premier semestre pour se situer à 7589m3.

Le développement de la filière bois participe au Gabon à la politique de diversification de l’économie. Elle a atteint sa vitesse de croisière en 2015, avec un chiffre d’affaires de 150 milliards de francs CFA, contre 38 milliards en 2009. La Direction générale de l’économie (DGE) avait expliqué que ce progrès de la filière était consécutif à la demande croissante des unités de transformation, mais aussi au renforcement des capacités de production du tissu industriel.

Des mesures incitatives et d’accompagnement

Le Gabon compte aujourd’hui près de 150 unités de transformation du bois disséminées à travers le pays, avec une forte concentration dans les provinces de l’Estuaire, du Woleu-Ntem et de l’Ogooué-Maritime. En 2009, quand le gouvernement décide  d’interdire l’exportation des grumes, la filière bois  ne disposait que de 5 unités de transformation.

Outre la décision gouvernementale d’interdiction d’exporter les grumes, le pays a pris d’autres mesures qui ont permis l’explosion de la filière. Il s’agit entre autres, de l’accompagnement des opérateurs de la filière forêt-bois à travers des mesures fiscalo-douanières attrayantes, la création des zones économiques spéciales et la réduction de la taxe à l’export au taux de 0% pour une période minimale de 10 ans consécutifs.


 

Par Pierre-Eric Mbog Batassi

Vous pourriez aussi aimer

Actualité

Sénégal : l’Etat cherche 575 milliards F CFA

Les besoins du Sénégal pour faire face aux accords de partenariat économique s’élèvent à 575 milliards de F CFA. C’est l’estimation faite conjointement par les services du commerce, de l’économie

Actualité

Transport Quipux Afrique, acteur de solutions innovantes

Filiale africaine d’un groupe spécialisé dans la modernisation du secteur des transports, né  au Brésil et qui essaime aujourd’hui à travers le monde, Quipux Afrique a posé un pied sur

Actualité

Rencontres Africa Tunis « Un choix politique et stratégique »

Alors que cette année, la deuxième Edition des Rencontres Africa se tiendront sur le continent dans 3 villes différentes, pour l’Afrique du Nord c’est Tunis qui a été choisi_ avec