• Ethiopie: Les facteurs d’une forte attractivité
  • Ethiopie: Les facteurs d’une forte attractivité
  • Ethiopie: Les facteurs d’une forte attractivité

Ethiopie: Les facteurs d’une forte attractivité

Avec une décennie au cours de laquelle elle affichait une croissance économique record, l’Ethiopie faisait figure de locomotive de la Corne de l’Afrique. Si pendant douze ans, le pays pouvait s’enorgueillir d’une croissance moyenne de plus de 10%, il semble qu’aujourd’hui la tendance soit au ralentissement. La faute à une grave crise humanitaire qui touche la région, mais également des tensions internes forçant le gouvernement à déclarer l’Etat d’urgence en octobre dernier. Pourtant, pour les observateurs, l’Ethiopie garde un fort potentiel d’attractivité pour les entreprises étrangères, grâce à une politique ambitieuse.

 Reportage, par Charly Celinain

Pour accentuer ses avancées et profiter de la spirale positive, en novembre 2010 était lancé un plan quinquennal de croissance et de transformation. Ce plan a été reconduit pour la période 2015-2020 avec des objectifs précis : « modernisation de l’agriculture, essor de l’industrie grâce au développement de parcs industriels ; meilleure participation du secteur privé ; hausse des exportations pour augmenter la disponibilité en devises ; poursuite des grands projets d’infrastructures » selon la banque africaine de développement. Construction de voies de chemin de fer, de tramway, d’un grand réseau hydroélectrique, le gouvernement fait tout ce qu’il faut pour montrer aux investisseurs étrangers que tout est en place pour les accueillir.

« A ce jour, ce sont les Turcs qui investissent le plus en Ethiopie »

Rassurés par une certaine stabilité du pays, nombre d’entreprises sont attirées par l’Ethiopie. Si les Asiatiques, notamment les Chinois sont très présents, les Européens commencent à regarder, de plus près, les opportunités offertes. A ce jour, ce sont les Turcs qui investissent le plus en Ethiopie. En décembre dernier, les deux nations ont signé cinq accords de coopération concernant l’énergie, les hydrocarbures mais également la manufacture ou encore les médias. Outre la mise en place des conditions nécessaires, en terme d’infrastructures (développement des parcs industriels dans différentes régions), à l’accueil d’investisseurs étrangers, l’autre grande force du pays réside dans sa population, 97 millions d’habitants (2ème pays le plus peuplé d’Afrique). Une population jeune offrant des perspectives aux futurs investisseurs concernant la main d’œuvre disponible.

Stabilité menacée

Cependant, les efforts du gouvernement sont contrariés par la plus grave crise humanitaire de ces 60 dernières années causée par la sécheresse. La région de la Corne de l’Afrique étant durement touchée, l’Ethiopie s’en trouve indirectement impactée puisque les populations de Somalie (pays le plus touché) y migrent pour chercher de l’eau. Outre la sécheresse, les conflits internes pourraient contribuer à la déstabilisation du pays. Suite à une série de manifestations réprimées durement par le gouvernement et face au risque d’une escalade du conflit, l’état d’urgence a été décrété en octobre dernier, et ce, pour une période de six mois. Une situation qui pourrait, si elle perdure, décourager certains investisseurs voyant se dresser le spectre d’une déstabilisation du pays. Après une longue période de croissance et de stabilité, l’Ethiopie se retrouve aujourd’hui dans une année charnière pour son économie et plus largement pour son avenir.

Voir notre reportage vidéo


Reportage, par Charly Celinain

Vous pourriez aussi aimer

Vidéo

BGFIBank : Une banque africaine pour le monde

Après avoir présenté son exercice 2016, plus que positif, la banque panafricaine première dans la zone Cemac a réuni ses cadres dirigeants pour réfléchir aux défis à venir. Acteur de

Reportages

Togo, carrefour du commerce de la friperie en Afrique de l’Ouest

Le commerce de la friperie est en passe de devenir l’un des fleurons de l’économie informelle au Togo. Tous les lundis et jeudis, le marché de friperie de Hedzranawoé grouille

Reportages

Sénégal : Macky Sall joue sa dernière carte

Deux ans après son élection en mars 2012, la côte de popularité dont bénéficiait Macky Sall à son arrivée au pouvoir s’est étiolée. Le chef d’Etat est loin d’avoir gagné