• Côte d’Ivoire : des appels d’offre pour l’énergie renouvelable
  • Côte d’Ivoire : des appels d’offre pour l’énergie renouvelable

Côte d’Ivoire : des appels d’offre pour l’énergie renouvelable

Trop longtemps non promue, l’énergie renouvelable rentre peu à peu dans le processus décisionnel des autorités ivoiriennes – et séduit de solides investisseurs – malgré des difficultés de financement encore trop prégnantes.

 

Dans le numéro 1397 du 28 février au 7 mars 2017 du Journal des Marchés, un appel d’offres public attire l’attention. Il s’agit de trouver des entreprises qui auront à réaliser des chantiers « d’électrification à l’énergie solaire de vingt-six villages des zones productrices de café-cacao. » Mais entre les surtaxes pour le producteur et les coûts pour l’utilisateur, le secteur peine encore à se financer, malgré quelques investisseurs privés solides.

 

1000 milliards pour le solaire

Le 29 janvier dernier, l’ancien président ivoirien Henri Konan Bédié procédait à la pose de la première pierre du projet de production d’énergie photovoltaïque, du consortium ivoiro-italien qui a créé une entité « Daoukro Energies » à cet effet.

 

Avec 1000 milliards FCFA (1.6 milliard d’euro), SERES Synergies Holding S.A entend révolutionner l’usage domestique du soleil et des autres formes de production d’énergie non fossile. A Daoukro (Centre-Est), une centrale hybride solaire-thermique verra donc le jour avant deux autres projets, à Assinie (Sud-Est) et Kotobi (Sud-Est). Pour Daoukro Energies, c’est 705 240 708 Euros soit 462 637 904 448 milliards de FCFA, et 350 MW pour 300.000 foyers.

 

« L’idée m’est venue dans les années 95, sous le Président Bédié, à la suite du constat que j’ai fait, à savoir que les barrages construits sous le Président Houphouët-Boigny n’arrivaient plus à satisfaire la demande à cause de l’augmentation considérable de la population, donc des ménages » fait savoir le PCA de cette entreprise, Aimé Floriant Comoé N’da.

 

Un objectif ambitieux mais surtaxé

En mars 2016, Daniel Kablan Duncan alors Premier Ministre indiquait que le besoin énergétique à combler est grand. Pour une autosuffisance énergétique, la Côte d’Ivoire doit produire 4000 MW en 2020, objectif pour son émergence. Alassane Ouattara a promis du courant « pour tous les villages de 500 habitants. » Ce qui n’est pas le cas actuellement avec les coûteux investissements à réaliser en amont avant la desserte des foyers.

 

Sunlight Energy, la plus grande entreprise de fourniture d’équipements d’énergie solaire, implantée à Abidjan depuis 2013, par la voix de son Directeur Général, Cédric Carpentier a un regard peu confiant sur l’objectif. « Nous sommes surtaxés, et avec nous les clients, à 18% de Tva, cela les décourage et ils s’interrogent sur la portée de cette énergie » déplore Cédric Carpentier.

 

« Notre plus grand marché, estimé entre 400 et 500 millions FCFA, a été celui de l’électrification de l’axe routier interurbain Abobo-Anyama sur au moins 5 Km » nuance cependant Cédric, pour qui il reste encore tout à faire dans la région, ce qui pourrait embellir les perspectives : « dans la sous-région ouest-africaine, la Côte d’Ivoire est le pays le moins bien loti derrière le Niger, le Mali, le Burkina Faso et le Sénégal en matière d’utilisation d’énergie solaire. »

 

Libéraliser pour faire bouger les lignes

Le DG de Sunlight Energy reconnaît aussi que « l’énergie solaire n’est pas à la portée de tous » du fait des taxes élevées. « Pour une maison à Abidjan, il faut débourser entre 4 et 5 millions FCFA,  ce qui n’est pas à la portée du premier venu. En zone rurale, il faut dépenser entre 1,5 et 2 millions FCFA pour avoir l’énergie solaire qui est encore du luxe en Côte d’Ivoire.  A Sunlight Energy, nous avons des panneaux garantis sur 25 ans. On essaie de faire bouger les choses tout doucement mais c’est difficile… »

 

La volonté politique pourrait-elle aider à la transition vers le renouvelable et à faire bouger les lignes ? L’initiateur de Daoukro Energy, Comoé N’da, répond par l’affirmative : « libéraliser le secteur de l’électricité dans le domaine de la distribution » est une des pistes pour booster le financement du secteur, car « cela permettrait de créer de la concurrence et donc ferait baisser les coûts. »


 

Auteur : Issiaka N’guessan // Photo : Centrale de Daoukro © Daoukro Energies

Vous pourriez aussi aimer

Le dossier du mois

Impact des élections sur l’économie

En Afrique, notamment subsaharienne, 2015-2016 est une période électorale assez mouvementée et attendue, aussi bien par les politiques que les populations, sans compter les investisseurs et autres Africains de la

Le dossier du mois

Plus de la moitié des jeunes Marocains exclus du marché du travail

Le niveau d’exclusion des jeunes du marché du travail est souvent minoré par la mesure du taux de chômage au Maroc. La lutte contre cette exclusion passe aujourd’hui par la croissance économique

Le dossier du mois

«Equilibrer les parcours professionnels »

Octave Nicoue Broohm,  ministre de l’enseignement supérieur et de la recherche du Togo Chaque année des milliers de diplômés sortent des deux universités publiques du Togo qui compte environ 56000