• Cameroun Cosaco promet une révolution scientifique et technologique
  • Cameroun Cosaco promet une révolution scientifique et technologique

Cameroun Cosaco promet une révolution scientifique et technologique

Les anciens élèves du Collège Sacré-Cœur de Makak (Cosaco), établissement d’enseignement secondaire, ont tout misé pour que ce collège mette en place un programme scolaire inédit au pays.

Un vent nouveau souffle au Collège Sacré-Cœur de Makak (Cosaco) depuis le lundi 4 septembre 2017, jour de rentrée des classes au Cameroun. Cet établissement qui affiche fière allure à cette occasion, était en voie de disparition il y a quelques années encore. Grâce à la mobilisation de ses anciens élèves, dont plusieurs officient désormais au plus haut sommet de l’Etat, le Cosaco a retrouvé son éclat d’antan. Presque tout a été remis à neuf. Les circuits électriques, les laboratoires de sciences naturelles, de physique et de chimie ont entièrement été relookés. Ainsi que le centre multimédia, dont l’équipage est assuré par deux entreprises de téléphonie mobile. L’Amicale des anciens élèves du Collège Sacré-Cœur de Makak (Amicosaco), qui a pris sa gestion, souhaite que cet établissement réponde aux standards internationaux.

Répondre aux exigences actuelles du marché du travail

L’objectif étant de dispenser des cours qui répondent aux exigences actuelles de développement et du marché de l’emploi. Pour ce nouveau départ, de nouvelles filières professionnelles sont inscrites au programme. La direction du collège dévoile aux parents d’élèves quelques filières qui vont renforcer la réputation du Cosaco. Au menu, la maintenance électrique, l’agriculture… Cinq langues nationales viennent aussi enrichir le tableau. Aussi, pour cette année scolaire, les apprenants ont le choix entre le duala, l’ewondo, le fufulde, le ghomala et le bassa’a. Des langues étrangères sont également au programme.L’anglais bien évidemment, mais également l’espagnol, le mandarin-chinois et l’arabe.

Une fierté nationale

Créé en 1946 et situé à environ 80 km de Yaoundé, dans l’arrondissement de Makak,  département du Nyong et Kelle, les malheurs du Cosaco commencent après le départ des frères canadiens du Sacré-Cœur en 1985. Leurs successeurs sont accusés de mauvaise gestion d’une école qui comptait parmi les établissements scolaires  privés confessionnels de renom au Cameroun, à l’instar  du collège  Libermann, le collège évangélique de Libamba, le collège Vogt, etc. Aujourd’hui, ses anciens élèves assurent que le Cosaco fera la fierté nationale grâce à la réussite de ses apprenants et des innovations apportées au sein de l’établissement.

Pour sa modernisation, qui se poursuivra tout au long de l’année scolaire en cours, l’amicale a lancé une opération de collecte des fonds pour redorer le blason et doter le Cosaco d’un équipement qui n’existe pas encore dans les établissements privés du Cameroun. Le budget estimatif s’élève à environ un milliard de franc CFA. L’amicale compte sur le soutien des institutions et des hommes de bonne volonté, qui peuvent directement contacter la direction du collège pour leurs contributions. Alain Noel Olivier Mvondo Akame, le coordonateur du comité de modernisation et ancien élève de cet établissement d’enseignement secondaire fait savoir que c’est un nouveau Cosaco sélectif qui n’accueillera que les meilleurs. Les élèves, les enseignants et les cadres administratifs qui l’intègrent, sont triés sur le volet. A en croire l’actuel directeur général de la Caisse nationale de prévoyance sociale du Cameroun (Cnps), cette école newlook met désormais à la disposition de tous ses élèves, des outils technologiques et scientifiques modernes de dernière génération, afin de favoriser leur apprentissage et développement personnel. « C’est un Cosaco ouvert surtout au monde. Nous voulons donner aux élèves tous les éléments sociologiques, scientifiques, philosophiques qui leurs permettront d’intégrer naturellement et le plus simplement le monde compétitif et difficile », ambitionne le coordonateur du comité de modernisation.


Par Didier Ndengue, à Douala

 

Vous pourriez aussi aimer

Actualité

Guinée : Malado Kaba nommée ministre de l’Economie

Nommée ministre de l’Economie et des Finances, en remplacement de Mohamed Diaré, Malado Kaba, 44 ans, qui a officiellement pris fonction le mercredi 6 janvier sous la supervision de Sékou

Actualité

Algérie : Peur des ménages après la chute du pétrole

Même si les autorités algériennes tentent, tant bien que mal, de dissiper les angoisses, il n’en demeure pas moins que la peur de la dégradation de la situation sociale hante

Actualité

Mali-Sénégal : 14 milliards FCFA pour le chemin de fer Dakar-Bamako

Après le changement de l’organigramme de Transrail, société chargée de la réhabilitation du chemin de fer Dakar-Bamako, les choses ont pris un coup de fouet avec l’accord signé avec la