• Kenya, loin des safaris, une autre idée de l’Afrique
  • Kenya, loin des safaris, une autre idée de l’Afrique
  • Kenya, loin des safaris, une autre idée de l’Afrique

Kenya, loin des safaris, une autre idée de l’Afrique

Le berceau de l’humanité, terre des swahilis – peuple de voyageurs qui a donné leur nom aux safaris – et des célèbres Massai, le Kenya est aujourd’hui le site de prédilection des amateurs de sensations fortes, alpinistes, athlètes internationaux, kitesurfeurs et trekkeurs, mais également de découvertes culturelles. Pour voir une autre Afrique.

 

Par Dounia Ben Mohamed, à Nairobi

 

C’est ici que l’histoire de l’homme a commencé. Il y a quelques 6 millions d’années.  Récemment encore, des fouilles ont permis de découvrir des pierres taillées il y 3,3 millions d’années, premières formes de technologie, en plein désert du Turkana, aujourd’hui une forme locale de Far West, hier, le berceau de l’humanité.

Loin des sites archéologiques, la principale attraction touristique reste les Big Five (éléphant, lion, léopard, buffle, rhinocéros) à portée de main dans l’un des 53 parcs et réserves que compte le pays, pionnier dans la politique de préservation des espèces animales sur le continent. Parmi les plus réputés, le Masai Mara, dans le sud-ouest du pays ; le parc national d’Amboseli, le plus vieux du Kenya, d’où l’on aperçoit le Kilimandjaro ; plus insolites les réserves du Mont Kenya (plus de 5000 mètres d’altitude)… Terre de prédilection des safaris – le mot vient d’ailleurs d’ici, il signifie voyage en swahili – elle offre l’occasion de communier avec mère nature de différentes façons. En 4×4, classique, mais également à  pied, à vélo, même à dos de chameau ou à montgolfière. Les tours opérateurs multiplient les offres « exotiques », souvent combinées avec un séjour balnéaire. Les plages des côtes kenyanes, autour de Mombassa notamment, font effectivement plus que rêver.

Nairobi, microcosme de la diversité culturelle kenyane

Mais le Kenya est loin de se résumer à cette image carte postale. Berceau de l’humanité, carrefour d’une multitude de peuples et d’histoires, des authentiques Massaïs aux descendants des immigrés indo-pakistanais, attaché à ses traditions mais également puissance économique régionale, avec ses infrastructures modernes, ses buildings et ses malls, signes d’une modernisation affichée – le Kenya offre le visage de l’Afrique d’aujourd’hui. Nairobi en premier lieu, microcosme de la diversité culturelle kenyane. En termes de culture, avec ses temples, ses mosquées et ses églises ; son architecture, legs de la colonisation britannique dans certains lieux aux standards internationaux dans les nouveaux quartiers, plus « locale » dans les zones les plus populaires ; ses centres commerciaux avec leur multitude de produits internationaux mais également les marchés traditionnels où se mêlent produits « made in China » et du terroir local ; son centre-ville « bruyant et étouffant » animé par les derniers tubes – des icônes du R&B mais également de la scène musicale régionale – qui s’échappent des bus tournant 24 heures sur 24 et des discothèques, tranchant ainsi avec le calme apaisant et la nonchalance des zones résidentielles; enfin, ses restaurants, face à une majorité de fast-foods en tout genre, les spécialités indiennes, chinoises, italiennes, anglaises et autres, témoignent de la richesse culturelle d’une ville qui invite à la découverte d’une autre Afrique, moins carte postale, l’Afrique en vrai. Une diversité que les autorités cherchent à promouvoir. Industrie florissante jusqu’aux deniers attentats de Westgate et Garissa, l’activité reprend progressivement. Le Kenya a accueilli plus de 700 000 touristes l’an dernier, soit plus de 16 % de plus que l’année précédente. 

Promouvoir le Kenya à travers sa diversité 

« En France, nous souhaitons promouvoir le Kenya à travers toute la diversité de l’offre touristique kenyane, indique-t-on à l’office du tourisme du Kenya à Paris. Le safari, pas seulement en 4×4 ou en minibus, mais aussi à dos de cheval, à pied, en montgolfière, à vélo… Il y a donc différentes façons d’approcher la faune sauvage au Kenya ; le balnéaire et surtout la culture swahilie de la côte kenyane qui se voit notamment à travers des sites historiques tels que Fort Jesus, la vieille ville de Lamu classée au patrimoine mondial de l’Unesco ; l’histoire elle-même du Kenya, berceau de l’humanité avec la découverte des plus vieux outils au monde en 2015 et, à Turkana, la présence d’ossements d’hominidés plus vieux que Lucy ; le côté culturel à travers la rencontre des nombreuses ethnies et les festivals ; le sport également avec les randonnées & trekking, mais aussi l’alpinisme au mont Kenya ou l’athlétisme, car le Kenya est également célèbre pour ses célèbres athlètes. » Autant de produits qui aident à faire du Kenya une nouvelle destination touristique en vogue sur le continent.


 

Auteur : Dounia Ben Mohamed // Photos : vue sur Nairobi, safari photos © DR

Vous pourriez aussi aimer

Le dossier du mois

Plus de la moitié des jeunes Marocains exclus du marché du travail

Le niveau d’exclusion des jeunes du marché du travail est souvent minoré par la mesure du taux de chômage au Maroc. La lutte contre cette exclusion passe aujourd’hui par la croissance économique

Le dossier du mois

Reportage Côte d’Ivoire La médecine traditionnelle, une alternative ?

L’Etat de Côte d’Ivoire a décidé de prendre en compte la médecine traditionnelle en appui à la conventionnelle pour la prise en charge des malades. En particulier pour les maladies

Le dossier du mois

Le commerce bilatéral s’élève à plus de 2 milliards de dollars

La coopération sino-togolaise a le vent en poupe depuis quelques années. Ceci a permis de booster le flux des échanges commerciaux qui s’élèvent à 2 milliards de dollars américain chaque