• BGFIBank : Une banque africaine pour le monde
  • BGFIBank : Une banque africaine pour le monde

BGFIBank : Une banque africaine pour le monde

Après avoir présenté son exercice 2016, plus que positif, la banque panafricaine première dans la zone Cemac a réuni ses cadres dirigeants pour réfléchir aux défis à venir. Acteur de référence du secteur bancaire en Afrique, BGFIBank innove à travers un nouveau modèle.

Par Dounia Ben Mohamed, à Libreville

 

Semaine chargée pour le groupe BGFIBank. Une semaine de meeting pour l’équipe dirigeante, l’assemblée générale avec la présentation de l’exercice 2016 et l’annonce des perspectives 2017… Forte de ses bons résultats sur l’exercice 2016, BGFIBank n’entend pas se reposer sur ses lauriers et pose d’ores et déjà les jalons de son développement à venir. « Les enjeux de la banque de demain », ce qui était précisément le thème de la grande messe annuelle de ses cadres dirigeants qui s’est tenue  du 15 au 19 mai 2017 à l’hôtel Radisson Blu, à Libreville. Une première au Gabon pour ce RDV qui se veut une tradition au sein du groupe. Sous une nouvelle appellation et un nouveau format : l’ancienne notre Convention annuelle des Cadres Dirigeants a été rebaptisée le BGFI CEO Meeting pour lui donner une nouvelle impulsion. Plus interactive, la rencontre donne carte blanche aux directeurs généraux afin d’évoquer leurs doléances mais également penser, contribuer, à l’avenir du groupe. « Une banque africaine pour le monde », selon son nouveau leitmotiv.

« Ce meeting poursuit 3 objectifs : favoriser une meilleure appropriation des objectifs stratégiques du Groupe ; développer la synergie du Groupe ; renforcer l’engagement et la responsabilité collective, a rappelé le PDG dans son discours d’ouverture. Voilà 45 ans déjà que BGFIBank accompagne ses clients dans leurs projets personnels et professionnels, en leur offrant des produits et des services innovants et fiables, sur mesure, parfaitement adaptés à leurs besoins. Ce souci constant de satisfaire nos clients nous a permis d’acquérir une expertise unique, tout en évoluant progressivement. D’une banque mono-métier au Gabon, nous nous sommes ainsi mué, au fil des ans et à force de travail et d’innovation, en un groupe financier international, multi-métiers, multi-pays. Notre Groupe rayonne, en Afrique et bien au-delà, et est ainsi devenu une référence dans le paysage bancaire international. Si le succès se mesure en fonction du chemin parcouru, alors – et nous le disons en toute modestie – grand a été notre succès. Ce qui a rendu un tel succès possible, c’est d’abord et surtout la qualité et la constance de l’effort de chacun, de l’effort de tous. La preuve nous est ainsi donnée, s’il en était besoin, qu’il n’est de richesses que d’hommes, et que chacun d’entre vous fait partie du plus précieux des actifs de BGFIBank. »

Un bénéfice net de plus de 39 milliards de FCFA en 2016

Et c’est à ce titre qu’une quarantaine de directeurs généraux et hauts responsables échangeront, débattront, proposeront tout au long de la semaine, à travers des tables rondes sur 9 thématiques prédéfinies :  l’impact comportemental du dirigeant sur la gouvernance de l’entreprise ; le management des ressources humaines et la gestion du risque de rupture de compétence ; la synergie Groupe à l’épreuve de la gestion du modèle BGFIBank et les rôles et responsabilités des dirigeants du point de vue de la gouvernance ; les nouveaux enjeux réglementaires et défis opérationnels ainsi que le management du risque face aux changements dans la réglementation bancaire ; la sécurité des systèmes d’information (SSI) et la cyber-sécurité ; les défis et perspectives de la digitalisation et enfin, le Doing Business in BGFILand…

De quoi démarrer 2017 sous les meilleures auspices et accélérer l’application de la feuille de route du groupe : Excellence 2020. Déjà, avec plus de 2000 collaborateurs, une présence dans 11 pays, le groupe financier au capital 100% privé, leader dans la zone Cemac, a terminé l’exercice 2016 avec un bénéfice net de plus de 39 milliards de FCFA, soit 31 % d’augmentation en valeur absolue. Une véritable performance compte tenu de la conjoncture marquée  par la chute des cours des matières premières, avec une croissance quasi nulle au niveau de la CEMAC. Preuve de sa résilience. De la force de son modèle également qui repose sur la diversification. « Une diversification géographique, un diversification en termes de métiers également, souligne le PDG. Notre ambition est claire : construire un groupe financier africain pour le monde. » Ce qui passe par une maîtrise des risques.

Un nouveau plan d’urgence

BGFIBank a été frappé, en février dernier, par une cyberattaque qui a entraîné une perte d’1,9 milliards de FCFA. « Au lieu de 9 milliards, indiquera Henri-Claude Oyima aux actionnaires lors de l’assemblée général. Parce que nos dispositifs de contrôle ont fonctionné et ont permis de limiter les pertes. » A ce titre, un nouveau plan d’urgence a été mis en place, en cinq axes : le Renforcement du dispositif de contrôle interne ; le Renforcement de la gouvernance et de la sécurité des systèmes d’information ; le Renforcement du dispositif de gestion des frais généraux ; le Renforcement du dispositif de la gestion du risque crédit ; le Renforcement du dispositif de gestion des ressources humaines devant nous permettre de nous prémunir au mieux des risques de rupture de compétences. Avec toujours le même objectif : « assurer la performance et garantir la pérennité du Groupe ».

 

 

 


 

Auteur : DBM // Photos : AG BGFIBank © DR

Vous pourriez aussi aimer

Actualité

Maroc : La lente mutation des télécoms

La libéralisation du marché des télécommunications atteint actuellement une étape décisive au Maroc. Le partage des infrastructures héritées par Maroc Telecom peine à se mettre en place et l’Agence de

Actualité

OPEP Un accord historique

A l’issue de la rencontre « informelle » de l’Opep, à Alger, le 28 septembre, le cartel pétrolier a annoncé le plafonnement de la production entre 32.5 et 33 millions de barils

Actualité

RDC : Exploitation du gaz avec le Rwanda

L’exploitation conjointe des ressources fossiles du Lac Kivu vient renforcer la coopération, presqu’au point mort depuis l’avènement du M23, entre les deux pays. Un projet de recherches communes sur l’exploitation