• Linda Awesso : «En tant qu’Africain, nous avons un devoir d’excellence»
  • Linda Awesso : «En tant qu’Africain, nous avons un devoir d’excellence»
  • Linda Awesso : «En tant qu’Africain, nous avons un devoir d’excellence»
  • Linda Awesso : «En tant qu’Africain, nous avons un devoir d’excellence»

Linda Awesso : «En tant qu’Africain, nous avons un devoir d’excellence»

 

Chaque année, une biennale de la mode africaine se déroule dans la capitale togolaise à travers une série d’activités pour rendre le secteur beaucoup plus compétitif avec des prêts-à-porter «made in Africa». Cette année, le festival a eu lieu du 28 octobre au 1er novembre 2015. Une vingtaine de pays africains sont représentés à ce festival dédié à la mode africaine qui vise à trouver une ouverture internationale à la carrière des professionnels de la mode africaine, à offrir un tremplin aux jeunes créateurs, à promouvoir l’accès de tous au prêt-à-porter. Linda Awesso, promotrice de cette biennale revient pour ANA sur les différents défis du secteur qui représente 5,2% du PIB en Afrique.

Entretien

Une kyrielle de stylistes venant d’une vingtaine de pays africains prennent part chaque année à votre festival dédié à la mode africaine. Quel est l’apport économique de votre festival pour le continent ?

Je crois que déjà sur le plan national, nous faisons tourner l’économie à travers les hôtels que nous louons, les compagnies aériennes que nous empruntons, les prestataires, les agences de location de voiture, ainsi que les aides que nous apportons aux jeunes créateurs africains. Au cours du festival, c’est tout un circuit que nous mettons en branle, chaque année. Même sur le plan touristique, le festival apporte beaucoup à l’économie du Togo et par ricochet à l’économie de l’Afrique.

Pensez-vous les différents festivals organisés ça et là sur le continent permettront un jour à l’Afrique de devenir le carrefour de la mode ?

Je pense que l’Afrique est déjà un carrefour de la mode puisque lorsque vous voyez toutes les collections d’été dans le monde maintenant, il s’agit d’une mode ethnique qui se base sur les potentiels africains. C’est-à-dire nos couleurs, notre joie de vivre et autres. Par ailleurs, j’exhorte mes frères et sœurs africains à profiter de ces richesses que nous avons en Afrique pour ne pas laisser les autres en profiter à nos dépens. Nous avons déjà sur le continent de très bons stylistes qui ont fait de grandes écoles. En plus, la clientèle est déjà là puisque nous avons la population la plus jeune au monde en Afrique. Je pense qu’avec tout ce potentiel, il est temps qu’à travers nos festivals nous parlions d’une seule voix pour dire aux autres que la mode n’est pas seulement un spectacle, mais c’est notre vie de tous les jours. Dans cette perspective, nous pourrons faire du «made in Africa» comme les «made in China», Indonésie etc. C’est possible aussi en Afrique.

Quelles seront les innovations que vous comptez imprimer à vos prochaines éditions ?

Sur le plan économique, nous avons beaucoup d’innovations. Cette année, nous avons développé une foire au cours de cette édition en dehors des shows organisés ça et là dans la ville de Lomé. Nous comptons, à travers cette foire, sensibiliser un public africain à porter local avec les collections des différents stylises qui participent au festival.

Dans cette perceptive d’innovation, nous avons invité le footballeur Djibril Cissé qui a développé une marque qui s’appelle ‘’Monsieur le Noir’’ qui est parmi nos collections. Le camerounais Tour Manga qui habille Puff Dady est aussi de la partie mais aussi de grandes modélistes, stars de la mode africaine et du monde. C’est une fierté que sur cette édition nous n’avons pas fait que du pagne mais aussi la haute couture.

A traves vos initiatives, vous avez toujours donné une ouverture internationale à la carrière des professionnelles de la mode africaine. Que faire pour amener les créateurs africains à rivaliser avec leurs homologues de l’Occident ?

En tant qu’Africain, nous avons un devoir d’excellence dans tout ce que nous faisons parce que notre continent est en souffrance, et il faut que nous y travaillions pour changer la donne. Nous devons exiger plus de rigueur dans nos créations parce qu’on est deux fois puni en Afrique puisque nous n’avons pas la faculté de communiquer comme les autres et aussi les moyens sont limités. Je pense que le peu que nous faisons, nous devons bien le faire pour que cela puisse attirer les autres à s’intéresser à nos créations en Afrique. Il faut que nous changions un peu de clichés pour démontrer au monde que la mode africaine peut maintenant franchir toutes les frontières.

On assiste à l’inondation des marchés africains par le prêt-à-porter chinois. Pensez vous que cela constitue une entrave au développement de la mode africaine ?

Je pense que nous ne devons pas blâmer les Chinois parce qu’ils inondent nos marchés avec des made in China. Ils profitent juste de notre laisser-aller, de notre manque d’innovation et de notre paresse. Dès que j’arrive quelque part et je constate qu’il y a une opportunité, je vais en profiter. Une fois que le marché africain ouvrira plusieurs usines de transformation, on aura moins de chômage et le problème va se régler de lui-même.

Quel est l’apport du secteur de la mode dans le Produit intérieur brut (PIB) de nos pays?

La mode apporte énormément au PIB africain surtout de façon informelle. Puisque nous travaillons aujourd’hui dans un secteur informel sans déclaration de TVA etc… Dans les pays développés, lorsque vous achetez un jean, par exemple, 18% de ce que vous avez payé reviennent à l’Etat. Ici, ce n’est pas le cas. Si les Etats africains peuvent un jour formaliser ce secteur, cela sera quelque chose de très bien, car le vêtement que nous portons fait partie intégrante de l’économie de nos Etats.

Selon Koré Sery, directeur de l’Organisation mondiale de la propriété intellectuelle (OMPI), les industries de la création représentent en Afrique 5,2% du Produit intérieur brut (PIB) et environ 5,3% du total des emplois.

Pensez-vous qu’il faudra mettre en place une politique commune visant à promouvoir de la mode africaine?

Je me bats toujours pour ça. Depuis mon premier festival, j’ai adressé un message dans ce sens à nos dirigeants africains pour que ces derniers puissent penser à ce secteur d’activité qui n’est plus à négliger. Je souhaite aussi que les dirigeants africains s’approprient leur coton puisque l’Afrique dispose de la meilleure qualité de coton au monde, mais toutes nos productions sont vendues pour qu’on nous la revende après sous diverses formes. Ce qui n’a pas trop de sens à mon humble avis. Si les dirigeants africains pourront dire d’une seule voie que 50% du coton produit en Afrique doit être transformé sur place, nous pourrons faire vivre nos économies et créer de l’emploi pour les jeunes. Sur un autre plan, nos dirigeants africains doivent montrer l’exemple en portant nos collections par exemple.


Par Emmanuel Atcha

 

 

Vous pourriez aussi aimer

Nord-Sud

« Il faut renforcer nos relations commerciales avec l’Allemagne » – Alpha Barry, ministre burkinabé des Affaires étrangères.

L’Allemagne – qui investit chaque année 10 milliards de dollars sur le continent, dont 90% repartis entre l’Algérie, Le Nigeria et l’Afrique du sud – envisage désormais de booster ses

Nord-Sud

Afrique : la Diaspora peut-elle renforcer l’économie ?

Si personne ne connait vraiment le niveau de représentativité de la Diaspora africaine, la Banque mondiale estime qu’elle est présente dans tous les continents. En Amérique du Nord, elle compte

Nord-Sud

Sansy Keba : “On a pour objectif de faire de Conakry la capitale mondiale du livre”

Après avoir effectué ses études en France, Sansy Keba Diakité est rentré en Guinée pour créer sa propre maison d’édition l’Harmattan Guinée. Mais le jeune homme a été plus loin