• Côte d’Ivoire La scène web francophone réunit à Abidjan

Côte d’Ivoire La scène web francophone réunit à Abidjan

Avec plus de 7500 participants l’année dernière, l’Africa Web Festival est devenu un rdv incontournable de la scène numérique francophone. La cinquième édition se tenait les 29, 30 novembre et 1er décembre au Palais de la culture de Treichville avec une vingtaine de pays francophones représentés, d’Afrique et du monde. Des acteurs et un écosystème connecté. 
Par Dounia Ben Mohamed, à Abidjan 

Palais de la culture de Treichville, vendredi 30 novembre, des écoliers ont été exceptionnellement invités à quitter les bancs de l’école pour participer à un atelier de codage. Au terme de la séance, les enfants sont plus qu’excités. « Maintenant on peut coder ! » assure l’un d’eux. « Avec un peu de pratique quand même », nuance un autre. Du moins, leur intérêt aura été suscité. Et c’est tout l’objectif du festival du web, le RDV de l’Afrique 3.0, qui tenait sa cinquième édition à Abidjan les 29, 30 et 1er décembre. 

« Ces jeunes vont finir leurs études et ne sauront pas où aller parce qu’ils ne connaissent pas les nouveaux métiers. »

Une initiative portée par Mariame Sy Diawara, maman Diawara comme l’appelle ” ses jeunes” pionnière en la matière. « Je souris parce qu’on dit souvent que je suis pionnière mais, pour être honnête avec vous, je ne comprends pas toujours, de quoi parle les jeunes, plaisante-t-elle. Si je suis pionnière c’est dans la communication et l’entreprenariat. Et c’est ça notre objectif, aider les jeunes à trouver des emplois. » Et là ou elle aura incontestablement été pionnière, c’est qu’elle a très vite compris que le déploiement d’Internet et des nouvelles technologies offrait des opportunités à la jeunesse du continent. « Ces jeunes vont finir leurs études et ne sauront pas où aller parce qu’ils ne connaissent pas les nouveaux métiers. Avec ce festival on les amène à ouvrir leur esprit. Et c’est pourquoi ce festival et gratuit. Pour attirer le maximum de jeunes. » Et d’ajouter : « Depuis la première édition, je dois avoir une vingtaine de jeunes qui ont décroché un emploi à la suite de leur participation à ce festival. C’est bien, mais moi ce que je veux c’est des milliers de jeunes qui trouvent un emploi ou créé leur Start up. »

Un écosystème de plus en plus complet, avec les principaux acteurs du digital de l’espace francophone

C’est à ce titre qu’une vingtaine de start-uppeurs du continent étaient invités à cette édition. Parmi lesquels, Gilles, Béninois, concepteur d’une application dans l’e-santé, Go médical, qui facilite les relations entre patiences et médecins, par la prise de RDV on line notamment. « L’objectif est de nous déployer dans toute la zone UEMOA ». D’où sa présence au festival. « Je viens chaque année, c’est intéressant, surtout que le festival se professionnalise ». Et réunit, d’années en années, un écosystème de plus en plus compte, avec les principaux acteurs du digital de l’espace francophone.

Avec plus de 7500 participants l’année dernière, le festival est devenu un rdv incontournable de la scène numérique francophone, le RDV de l’Afrique 3.0 selon son slogan…

Pour en savoir plus : http://africawebfestival.com


 

Par Dounia Ben Mohamed, à Abidjan 

Vous pourriez aussi aimer

Actualité

Trois questions à…. Madeleine Berre, présidente de la Confédération patronale du Gabon

La présidente de la Confédération patronale gabonaise (CPG), Madeleine Berre, présente quelques pistes pour la diversification  de l’économie du Gabon et les opportunités d’investissement dans ce pays d’Afrique Centrale, après

Actualité

L’Adepta : « une offre complète d’équipements et de services pour les projets agroindustriels des investisseurs du monde entier »

François Burgaud, président de l’Adepta, association qui regroupe 240 entreprises et centres de recherches français dans les secteurs agricole et agroalimentaire, a participé aux Rencontre Africa 2018, à Paris les

Actualité

Analyse « Les relations entre les pays de l’Afrique subsaharienne sont plus étroites que jamais … »

Contrairement à la croyance populaire, les pays d’Afrique subsaharienne sont plus étroitement liés que jamais, grâce à l’augmentation des échanges commerciaux entre eux et aux envois de fonds – l’argent