• L’Algérie retrouve des ambitions touristiques
  • L’Algérie retrouve des ambitions touristiques

L’Algérie retrouve des ambitions touristiques

L’Algérie serait-elle en train de renouer avec le tourisme ? C’est en tout cas le souhait affiché par les autorités qui ont multiplié, ces derniers mois, les annonces visant à développer le secteur.

Par Zahra Rahmouni, Alger

L’Algérie a attiré 2,7 millions d’estivants l’année passée, dont une majorité composée par des membres de la diaspora. C’est peu au regard des plus de 10 millions de touristes accueillis tous les ans par l’Afrique du Sud, première destination touristique sur le continent.  Mais les autorités algériennes affichent de nouvelles ambitions, à savoir double le nombre actuel de visiteur à l’horizon 2027, 4,4 millions de touristes visés plus exactement. Pour ce faire, une stratégie destinée à promouvoir la destination Algérie sur les marchés internationaux et pour une meilleure prise en charge des touristes nationaux a été mise en place. Présenté entre autre à l’occasion du  Salon international du Tourisme (SIAHA) qui s’est tenu à Oran du 22 au 25 février dernier.

Faire d’Oran et sa région, « une métropole méditerranéenne incontournable » 

L’occasion également pour Hassan Mermouri, ministre algérien du Tourisme, de rappeler que 170 projets touristiques ont été validés pour une capacité d’accueil de 26 000 lits et la création de 10 000 emplois dans la wilaya d’Oran. Plus de la moitié de ces projets sont en voie de finalisation et devraient être disponibles dans les deux prochaines années. Ces nouvelles infrastructures devraient faire d’Oran et sa région, « une métropole méditerranéenne incontournable », affirme le premier responsable du secteur.

Lies Senouci, secrétaire général national et chargé de communication du Syndicat national des agences de voyages (SNAV), indique que de nombreux projets ont déjà été réalisés et d’autres sont en bonne voie. « 600 projets sont inscrits au niveau du ministère du Tourisme. Il s’agit de complexes touristiques et balnéaires, au niveau du sud et du nord, ainsi que des hôtels urbains », précise-t-il. Le parc hôtelier algérois bénéficie de cette politique avec près de 60 projets touristiques attendus pour l’année 2019, soit 12 000 lits supplémentaires et 9000 emplois à la clé.

Sachant que l’intérêt est bel est bien là. Du moins en terme de tourisme d’affaire. La capitale algérienne attire de nombreux visiteurs algériens et des professionnels venus de l‘étranger pour affaires. D’ailleurs, de nombreux hôtels haut de gamme sont sortis de terre dans la capitale mais aussi dans d’autres grandes villes du pays afin d’absorber la demande liée à ce type de tourisme. En janvier 2018, Holiday Inn, un groupe hôtelier américain, s’est installé en Algérie avec l’ouverture d’une première structure à Alger. Quant au groupe Marriott International, il dispose désormais de sept infrastructures dans le pays, notamment à Constantine depuis 2015 et à Annaba avec un Sheraton inauguré il y a tout juste un an. Enfin, le groupe hôtelier français Accor Hotels, installé depuis 1992, emploie 1400 personnes et envisage d’étendre sa présence dans la capitale.

L’Algérie, une destination qui fait le buzz 

Les étrangers, surtout les ressortissants français, redécouvrent d’abord l’Algérie à travers leurs écrans de télévision. En avril 2015, l’émission Thalassa, diffusée sur la chaîne France 3, a donné le La en consacrant un numéro spécial au littoral algérien. En juin 2015, France Télévisions récidive avec un documentaire du photographe Yann Arthus Bertrand et Yazid Tizi, intitulé Algérie vue du ciel. Le réalisateur français déclarait alors : « l’Algérie est sans doute le pays le plus spectaculaire que j’ai jamais photographié, et c’est aussi celui où j’ai reçu le meilleur accueil ».

Un an après en octobre 2016, France 5 consacre à son tour un épisode d’Echappées Belles, à l’Algérie. L’émission de découverte passe par plusieurs villes du pays pour rencontrer des artistes, artisans et restaurateurs. A chaque fois les records d’audience sont au rendez-vous, dopés par des téléspectateurs intrigués par une Algérie qu’ils ne connaissent qu’à travers l’image, souvent négative, véhiculée par les journaux traditionnels. Les téléspectateurs franco-algériens, pris du mal du pays, ne sont pas en reste et font l’éloge de ces émissions en les relayant massivement sur les réseaux sociaux. Dernièrement, le célèbre voyagiste français « Voyageur du Monde », a également fait la part belle à Alger en proposant un séjour pour « découvrir l’une des capitales tendance de la Méditerranée ».

L’effet boule de neige est enclenché et il n’est plus rare d’apercevoir des touristes étrangers se promener dans les rues de la capitale ou dans les grandes villes du nord. Du moins, le pays devient une destination prisée par les voyageurs-bloggeurs qui engrangent des milliers de vue après la diffusion de vidéos sur la plateforme Youtube. Les journaux télévisés algériens se font même un plaisir d’inviter ces étrangers sur leurs plateaux pour les interroger sur leur vie ou leur séjour dans le pays.

Deux obstacles de taille 

« Aujourd’hui nous participons aux foires internationales pour ne pas laisser la chaise de l’Algérie vide et nous faisons de la promotion à une destination qui, finalement, n’existe pas réellement », déplore Lies Senouci. Malgré les demandes répétées aux autorités, les difficultés à obtenir un visa touristique vers l’Algérie et la cherté des billets d’avions restent deux contraintes importantes pour le développement du tourisme réceptif en Algérie, soulignent les professionnels du secteur. Les professionnels algériens remarquent, lors de leur participation aux salons internationaux, un intérêt croissant de la part d’Européens qui sont attirés par le tourisme hivernal dans l’extrême sud algérien. « Jusqu’au maintenant nous ne sommes pas capables de faire des contrats avec ces groupes de touristes car il y a un problème de visa et nous ne pouvons pas offrir une production touristique qui est excessive par rapport aux budgets des touristes », signale néanmoins le secrétaire général de la SNAV. Selon lui, la destination Algérie n’est pas assez concurrentielle par rapport aux offres proposées dans les pays voisins.

C’est aussi l’avis de Hanna Benmerad, directrice de Jumia Travel Algérie, selon qui les hôtels restent relativement chers en Algérie. Une étude du groupe auprès de ses clients révèle également que la qualité de service est jugée supérieure en Tunisie. Une destination où se sont d’ailleurs rendus 2,5 millions de touristes algériens en 2017, indiquent les derniers chiffres de l’Office tunisien du tourisme. « Nous demandons l’open sky et l’introduction des compagnies low-cost qui travaillent la nuit pour que les billets d’avion soient à des prix corrects et permettent de faire un package concurrentiel », poursuit Lies Senouci.

Pourtant le contexte sécuritaire s’est amélioré. « Il y a eu moins d’attentats terroristes ici en Algérie comparé à Londres où je vis et à la France », confirme Bastien, un touriste français de 33 ans qui a visité Oran, Tipaza et Alger.

Mais en attendant la ruée vers l’Algérie, les agences peuvent compter sur la jeunesse nationale, les étudiants tout particulièrement, qui redécouvrent leur propre pays. Et c’est une nouvelle tendance. « Avec internet ils se sont rendus compte qu’ils ont un sud exceptionnel même si le prix reste un peu cher par rapport aux bourses des jeunes », déplore un professionnel du secteur.


 

 

Crédit photos : Zahra Rahmouni
  • Les ruines romaines de Tipaza
  • La baie d’Alger depuis la basilique Notre Dame d’Afrique

Vous pourriez aussi aimer

Actualité

Gabon : les belles performances de l’industrie du bois

La mesure présidentielle d’interdiction de l’exportation des grumes prise en 2009 par Ali Bongo Ondimba commence à porter des fruits. Entre 2009 et 2015, le chiffre d’affaires de l’industrie du

Actualité

Dakar abrite la 8ème édition de l’Africa Banking Forum

L’Africa Banking Forum (ABF) a désigné la capitale du Sénégal, Dakar, pour abriter la 8ème édition de l’événement annuel et régional des métiers et technologies de la banque en Afrique

Actualité

Togo : Une vingtaine de PME au Conclave Inde-Afrique

Une vingtaine de chefs d’entreprises du Togo participeront les 9 et 10 mars prochains au XIIe Conclave Inde-Afrique à New Delhi. Organisé par l’Exim Bank of India, l’objectif pour les