• Interview Hicham Lahlou « Le design a un rôle majeur à jouer dans le développement de l’Afrique, pour mieux anticiper le futur »
  • Interview Hicham Lahlou « Le design a un rôle majeur à jouer dans le développement de l’Afrique, pour mieux anticiper le futur »
  • Interview Hicham Lahlou « Le design a un rôle majeur à jouer dans le développement de l’Afrique, pour mieux anticiper le futur »

Interview Hicham Lahlou « Le design a un rôle majeur à jouer dans le développement de l’Afrique, pour mieux anticiper le futur »

Le designer Franco – Marocain Hicham Lahlou confirme sa présence parmi les grands noms du design international. Il vient d’être élu membre du nouveau conseil d’administration des directeurs élus pour les 60 ans de l’Organisation Mondiale du Design (WDO). Seul africain présent, il entend « porter » l’Afrique et le design africain sur la scène internationale. Un combat déjà mené avec la création l’Africa Design Awards, « une vision pour l’Afrique »…

Propos recueillis par Dounia Ben Mohamed 

 

Avant d’évoquer votre récente nomination, deux mots sur votre parcours et ce qui a conduit à devenir un des grands noms du design en Afrique et bien au delà visiblement…

Je me définirais comme un designer industriel et global avec une forte vision et démarche en design stratégique, design thinking et management, artiste plasticien, un imaginatif au service de la création. Je me sens appartenir à plusieurs cultures, je suis Marocain de naissance, Africain car très attaché au continent qui m’a vu naître et je suis également Français de cœur et fière de ma double culture. Je suis aussi un globe trotteur et j’ouvre grand mes yeux où que je sois, en découverte permanente. Dès le début des années 2000, j’ai créé des œuvres distinctives qui sont devenues des références sur la scène internationale du design et qui ont participé à l’émergence d’un design «made in Morocco». Aujourd’hui, je suis connu en tant que designer international, considéré comme un précurseur au Maroc, en Afrique et dans le monde Arabe. J’ai acquis une belle notoriété avec mes réinterprétations de symboles architecturaux et le développement de styles figuratifs inspirés de l’art ornemental marocain mais aussi de la culture africaine et du Bauhaus. Je  crée des collections pour des marques de prestige à l’international dans le meuble, les arts de la table, l’horlogerie, l’équipement de luxe et le design de produit. Je signe également des projets de design de mobilier urbain pour les plus grandes villes du Maroc, dans l’architecture d’intérieur résidentielle, commerciale et hôtelière.  Mon dernier fait d’armes est d’avoir fondé en 2014 Africa Design Award (www.africadesign.org). Africa Design Award est une vision pour l’Afrique, au-delà de la mise en avant de la force créative des talents du continent, c’est un pari ambitieux qui vise à placer le design au cœur d’une dynamique de progrès et de cohérence pour les projets à venir. Je suis souvent cité comme une figure emblématique du design nouvelle génération. Je véhicule grâce au design l’image d’un Maroc contemporain à travers le monde et je fais partie depuis deux décennies, des nouvelles signatures qui comptent dans la sphère du design mondial et de la création.

Vous avez récemment été nommé au sein du WDO. Présentez nous cette structure et le rôle que vous allez y jouer…

L’Organisation Mondiale du Design (WDO) ™, anciennement le Conseil International des Sociétés de Design Industriel (Icsid), est une organisation internationale non gouvernementale fondée en 1957 pour promouvoir le métier de design industriel. WDO plaide pour une innovation axée sur le design industriel qui contribue à un monde meilleur, engageant plus de 150 organisations membres dans des efforts de collaboration et réalisant des programmes internationaux – World Design Capital®, World Design Talks™, World Design Impact Prize, World Design Day ™ et Interdesign .WDO a le statut consultatif spécial des Nations Unies. WDO défend l’innovation par le design pour créer un monde meilleur en engageant ses organisations membres à collaborer et développer des programmes internationaux en utilisant les Objectifs de développement durables des Nations Unies en tant que cadre pour guider leur travail. La programmation du WDO comprend World Design Capital®, World Design Talks, World Industrial Design Day, World Impact Prize et Interdesign. WDO a un statut de consultant spécial auprès des Nations Unies. De 12 associations de design professionnel fondatrices en 1957, WDO s’est élargi pour inclure désormais plus de 140 organisations membres de 40 nations, les engageant dans des efforts de collaboration et leur donnant la possibilité d’être entendus à l’échelle internationale. Et c’est donc suite au vote qui a eu lieu par toutes les organisations mondiales et membres WDO que j’ai été élu parmi le nouveau Conseil d’Administration des directeurs élus 2017-2019 dans le cadre de sa 30ème Assemblée Générale au Centre de Conférences des Nations Unies (ITCILO) à Turin, en Italie. Je porterais l’Afrique et la Région Mena au sein de cette institution historique, une belle reconnaissance par mes pairs pour mon parcours et mon engagement dans le design en Afrique et à l’international.

Vous êtes le seul africain représenté. Qu’est ce que cela représente pour vous pour, pour l’Afrique? Sachant que vous avez déjà créé une plateforme qui donne de la visibilité aux designers du continent…

L’Afrique est un continent créatif et on peut parler d’une véritable Movida en ce sens. Ce qui est en train de se dérouler en Afrique laisse augurer un grand nombre de développements dans de multiples secteurs. Construction, développement durable, édification de projets structurants, façon d’appréhender la question des routes et des transports, des énergies, accompagnement de marques en devenir, accompagnement de manufactures, de structures artisanales et d’industries… Le Design a un rôle majeur à jouer dans le développement de l’Afrique, pour mieux anticiper le futur, ne pas reproduire certaines erreurs et construire des projets sur des bases cohérentes, respectueuses du territoire, de ses habitants, de l’histoire qui les lie à leur continent.

Nous sommes convaincus que ces projets ne devront pas être abordés et menés de n’importe quelle manière, ils devront considérer avec respect la somme de toutes les particularités, histoires, patrimoines passés et patrimoines vivants qui sont une vraie richesse et qui représentent bien souvent des valeurs à honorer pour des générations. Penser à demain, au territoire, imaginer pour les générations futures quelle est la meilleure combinaison entre le fonctionnel, l’utile, l’esthétique et la nécessité de transmettre, telle est la vision que nous avons du Design et que nous souhaitons diffuser avec Africa Design Award Days que j’ai initié en 2017. Le premier forum des économies du design et de l’innovation en Afrique by AFRICA Design Days et le 1er World Design Talks en Afrique, qui constitue une vitrine inédite pour la communauté de l’innovation et du design en Afrique, ainsi qu’un espace d’échanges privilégié pour développer les collaborations entre les entreprises, designers, secteur privé et public, décideurs politiques, étudiants et citoyens. En lien avec l’Organisation mondiale de design (OMD) « World Design Organization (WDO) », la plateforme Africa Design Days + Award est une initiative visant à porter haut les couleurs du design en Afrique. C’est aussi un moyen de permettre aux talents Africains de se faire connaître et de participer à l’élan du continent, grâce à leur créativité, leur bon sens et leur engagement citoyen.

Le métier est encore peu valorisé en Afrique pourtant c’est un secteur en ébullition et source de valeur ajoutée…

Je me plais aujourd’hui à penser que l’Afrique peut développer son propre modèle de développement, grâce à des chemins inexplorés et réussir dans des domaines où d’autres ont échoué. L’Afrique est une source inépuisable de créativité, d’inventivité et d’ingéniosité, car c’est inscrit dans son ADN, elle est aussi en train de s’imaginer un futur qu’elle pourrait créer de « ses propres mains ». Point d’achoppement entre la créativité et la stratégie, le design constitue indéniablement selon moi l’un des nouveaux chemins à bâtir pour son développement. Il faut également impliquer les secteurs publics et privés dans la création d’écosystèmes économiques partout en Afrique afin que les métiers du design soient intégrés dans la vision émergente du développement économique de tout les pays du continent. 

Pour conclure, vos projets à venir…

Je suis actuellement entrain de préparer des collaborations avec plusieurs maisons d’éditions à l’international, nous sommes également avec mon équipe entrain de monter des collaborations en Afrique ainsi qu’en charge de mener des missions de design sur plusieurs projets notamment 2 hôtels, des projets urbains, des concepts stores et restaurants ainsi que le développement d’un nouveau projet industriel panafricain à grande échelle avec un grand groupe ici au Maroc que nous dévoilerons en temps voulu.

Je serais également invité à intervenir le 15 Mars dans le cadre de la journée du packaging 2018 ainsi qu’à la remise des prix du Concours National du Meilleur Emballage et des prix du Concours Junior Tunisien avec une exposition des meilleurs produits.


 

Propos recueillis par Dounia Ben Mohamed 

Vous pourriez aussi aimer

Actualité

Tunisie : Ces agricultrices qui maintiennent le navire à flot

A l’occasion de la 13ème édition du Salon international de l’agriculture (Siamap 2017), les agricultrices tunisiennes ont démontré leur contribution, majeure, à la résilience économique de leur pays.

Actualité

Interview « Sortir de la zone monétaire CFA ne va pas forcement entraîner le chaos »

Alors que la CEDEAO a annoncé la création d’une monnaie ouest africaine en 2020, l’économiste Mamadou Koulibaly, ancien ministre de l’économie et ex-président de l’Assemblée nationale de Côte d’Ivoire, explique

Actualité

Le Mois des Cultures d’Afrique : Valoriser le patrimoine culturel

Promouvoir l’art et créer une structure qui permet aux artistes et autres acteurs culturels de pouvoir s’exprimer figurent parmi les ambitions nourries par le Centre des Cultures d’Afrique. Le mois