• Base militaire américaine en Tunisie : Les USA confirment, les autorités tunisiennes bottent en touche
  • Base militaire américaine en Tunisie : Les USA confirment, les autorités tunisiennes bottent en touche

Base militaire américaine en Tunisie : Les USA confirment, les autorités tunisiennes bottent en touche

Dans la Tunisie post-révolution, les cartes de la géopolitique ont été rebattues. Connue pour être une chasse gardée de la France, tout comme le reste des pays maghrébins, la capitale du « printemps arabe » semble être aujourd’hui le terrain d’une présence militaire américaine aussi discrète que stratégique.

Mohamed Abdellaoui à Tunis

C’est un sujet qui obsède la presse locale autant que les citoyens. La présence d’une base de lancement de drones dans le sud tunisien a en effet fait couler beaucoup d’encre ces derniers temps. Et si les autorités tunisiennes nient en bloc, les Américains, du moins les médias US confirment. Ainsi selon le Washington Post, citant une source du gouvernement américain, ces drones non armés utilisés par près de 70 agents américains ont été déployés dans cette région du Maghreb vers la fin du mois de juin 2016, afin d’aider les forces pro-gouvernementales libyennes dans leur combat contre les troupes de Daech dans la ville de Syrte et avec l’aval du gouvernement tunisien, d’après la même source. Ces aéronefs servent à surveiller les frontières tuniso-libyennes et les sites tenus par l’État Islamique (Daech).

Des négociations secrètes

Les négociations relatives à l’installation de cette base américaine étaient toutefois restées secrètes pendant près d’un an, en vue de garder la démocratie tunisienne naissante à l’abri de tout amalgame inhérent à la présence d’une grande puissance militaire, selon le journal américain. La discrétion était également exigée par les autorités tunisiennes de peur d’un soulèvement populaire contre un tel agissement. D’ailleurs, récemment interrogé par la presse locale sur la présence d’une base américaine dans le sud du pays, le président Béji Caïd Essebsi a démenti l’information, reconnaissant toutefois l’utilisation de drones dans le cadre de missions d’entraînement des forces armées tunisiennes par « 70 militaires américains » sur place. De son côté, le porte-parole du ministère de la défense tunisien, Belhassan Ouslati, a parlé d’un accord entre son pays et les USA sur la mission desdits drones, à savoir, la surveillance et non l’attaque.

Le Maghreb, zone stratégique pour les Américains

Le professeur en relations internationales Abdelmajid Abdelli, confirme l’intérêt grandissant des Américains pour le Maghreb, une région jugée stratégique  du fait de sa situation géographique et de la richesse de son sous-sol, l’Algérie et la Libye en particulier.

« Pour ce qui est de la Libye, l’affaire est déjà classée puisque le butin a été partagé entre les Etats-Unis, la France et l’Italie. Puis, pour l’Algérie, il faut tenir compte d’un troisième acteur qui est la Chine. En effet, ce pays a fait une entrée triomphale dans le continent africain. Autrement, lorsqu’on sait que la Chine est devenue la deuxième puissance économique mondiale, juste après les USA, qu’elle est actuellement la deuxième importatrice de pétrole et de gaz,  et qu’elle sera la première puissance économique en 2020, l’on comprend pourquoi le pays de l’Oncle Sam (USA) cherche à lui barrer tout chemin favorable à son expansion ». La sécurisation de routes maritimes, telles que le détroit d’Ormuz, la mer Rouge et le canal de Suez déjà sous leur contrôle définissent la ligne de conduite des USA dans cette partie chaude à plus d’un titre du globe.


 

Mohamed Abdellaoui à Tunis

Vous pourriez aussi aimer

Le dossier du mois

« Créer du contenu inédit, exclusif, et local » – Tonjé Bakang, fondateur d’Afrostream

Tonjé Bakang est le fondateur de la plateforme Afrostream, un service de vidéo à la demande (VOD) qui propose exclusivement du contenu « afro. » Des films et des séries – sur

Le dossier du mois

Le franc CFA fait débat comme aux premiers jours

Serpent de mer des débats en Afrique francophone, le franc CFA, est continuellement remis en cause mais jamais abandonné. Si les raisons politiques d’une sortie de la zone sont toujours

Le dossier du mois

Côte d’Ivoire : sortir de la crise grâce à l’agriculture verte.

La ville de Korhogo a su se sortir plus que d’autres de la crise que le pays a connue pendant dix ans. En 2002, alors que la rébellion en prend