• La Tunisie résolument tournée vers l’Afrique
  • La Tunisie résolument tournée vers l’Afrique
  • La Tunisie résolument tournée vers l’Afrique

La Tunisie résolument tournée vers l’Afrique

L’Afrique est l’avenir de l’économie mondiale et les Tunisiens l’ont, hélas tardivement, saisi. Ce qui n’est pas le cas tous : Karim Aouiji a multiplié les succès en Afrique subsaharienne, ces dernières années, dans le secteur pétrolier. Et les autorités nationales semblent aujourd’hui résolues à accompagner ces pionniers.

Par Mohamed Abdellaoui

«On a multiplié notre chiffre d’affaires par trois en se tournant vers le marché africain ». Karim Aouiji  est un des rares tunisiens à avoir pénétré le marché continent. Sa société fabrique et exporte des stations de services vers 10 pays africains, à savoir le Burkina Faso, le Mali, la Mauritanie, la Côte d’Ivoire, le Maroc, le Congo et le Nigéria, en attendant l’intégration du marché camerounais. Karim Aouiji assure, de ce fait, que son business est complètement orienté vers l’Afrique et qu’il compte poursuivre la même stratégie. « L’Afrique est un marché demandeur et les produit tunisiens sont très prisés». Revenant sur les spécificités du marché africain, l’investisseur insiste sur la bonne écoute, le sens de l’échange et l’importance d’avoir bonne connaissance du climat d’affaires en Afrique pour avancer.

L’accompagnement de l’Etat

Les mêmes orientations sont perceptibles au sommet du pouvoir. En atteste la récente visite du ministre du Commerce, Omar Behy, à Abuja (Nigéria), au début du mois courant. Là-bas, il s’est entretenu avec Marcel De Souza, président de la Commission de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (Cedeao). D’ailleurs la Tunisie, prenant le pas sur le Maroc, a manifesté sa volonté d’ y adhérer, afin d’augmenter ses échanges commerciaux avec les différents pays membres.

Bien avant le ministre du Commerce, la tournée africaine du chef du gouvernement Youssef  Chahed du 3 au 6 avril écoulé, l’a conduit dans trois pays : le Niger, le Mali et le Burkina Faso.

Louant cette orientation, l’expert en Investissement, Sadok Jabnoun, fait remarquer que « la balance commerciale Tunisie-Afrique est déjà bénéficiaire avec plus de 1 milliard de dinars d’excédant. Un chiffre que la Tunisie peut fluctuer si jamais elle révise et réajuste sa stratégie d’investissement en Afrique ».

Des réformes nécessaires

« Celui qui veut aller loin n’a qu’à ménager sa monture », argue l’expert en réaction à une question sur les défaillances de la politique africaine de la Tunisie. Pour lui, la faiblesse de la représentation diplomatique tunisienne en Afrique subsaharienne, le faible déploiement bancaire, contrairement au Maroc d’ailleurs, ne font que ralentir la marche tunisienne vers l’Afrique.  « Il n’est point d’expansion en Afrique sans une bonne présence des structures bancaires et des assurances, en vue de faciliter la tâche des investisseurs tunisiens et leur permettre un exercice durable », alerte-t-il. Consolider les échanges commerciaux avec le continent africain nécessite, poursuit-il, la mise en place de liaisons aériennes et maritimes pérennes. La compagnie aérienne nationale Tunisair dessert, faut-il rappeler, 13 destinations africaines et compte inaugurer prochainement le vol Tunis-Cotonou (Bénin). Ce nouveau-né en gestation de la compagnie tunisienne verra le jour, à l’occasion d’une mission de prospection  de près de 60 hommes d’affaires du 13 au 16 décembre prochain.

Des créneaux à creuser

La Tunisie commerce déjà avec l’Afrique subsaharienne. Mais elle peut encore mieux faire, en procédant à une bonne mise à niveau de certains secteurs. De ce point de vue, l’expert Jabnoun préconise le renforcement de l’activité dans les secteurs classiques tels que l’exportation du phosphate, des produits agroalimentaires, etc.

Le pays pourrait, de surcroît, gagner du terrain dans le continent en s’orienter vers de nouveaux secteurs porteurs tels que les technologies de l’information et de la communication (TIC), les secteurs pharmaceutique et parapharmaceutique et le tourisme médical africain qui se veut en voie de développement, de l’avis de Jabnoun.

La Tunisie, hub de la connexion Europe-Afrique

« La Tunisie a des atouts majeurs sur lesquels elle devrait capitaliser pour se confirmer en tant que trait d’union entre deux continents », soutient Hatem Snoussi, directeur principal assistance et suivi des entreprises étrangères implantées en Tunisie.

De par sa proximité géographique avec l’Afrique subsaharienne et l’Europe, le pays partage avec plusieurs ressortissants des deux continents la maîtrise de la langue française et bien d’autres spécificités culturelles.

«La Tunisie doit revoir ses infrastructures et son code d’investissement afin de pouvoir susciter l’engouement des entreprises européennes et asiatiques qui cherchent à étendre leurs activités vers le continent. C’est ainsi qu’elle pourrait devenir un hub pour la connexion Europe-Afrique », fait-il observer.

Les échanges commerciaux entre la Tunisie et l’Afrique subsaharienne ont atteint, en mars dernier, plus de 655 millions d’euros, près de 2,4%  du commerce extérieur total tunisien, selon le ministère du commerce.


 

Par Mohamed Abdellaoui

Vous pourriez aussi aimer

Actualité

Côte d’Ivoire Rencontres Africa, les investisseurs français invités à reprendre la main

La deuxième édition des Rencontres Africa 2017, dont la première des trois manifestations prévues cette année, se tenait les 2 et 3 octobre à Abidjan, a été mise à profit

Actualité

Service bancaire dans l’UEMOA : Le mobile Banking fait son trou

Outil indispensable à la communication, le téléphone mobile présente aujourd’hui une autre vertu en ce sens qu’il permet de plus en plus à des personnes d’accéder aux services financiers.

Actualité

Energies renouvelables au Mali : Objectif de 10.000 ménages en 4 ans

Implanter la technologie du biogaz domestique dans tout le pays d’ici l’horizon 2019, tel est l’objectif du Programme national de biogaz domestique au Mali.