Interview « Tout ce que vous touchez au Rwanda est une opportunité »

Emmanuel Hategeka, directeur du Rwanda Development Board (RDB), pièce maîtresse du « modèle rwandais » confie en exclusivité à ANA, les clés de l’attractivité du pays qui s’affiche comme l’une des économies les plus fortes du continent.

Avant de parler du « modèle rwandais », pourriez-vous nous présenter le RDB et votre mission?

Le RDB a vocation à accélérer le développement du pays dont le chef de file est le secteur privé. C’est pourquoi nous nous concentrons sur la création d’un environnement favorable à l’investissement privé.

Justement sur quoi repose l’attractivité du Rwanda, aujourd’hui une des économies les plus fortes du continent ?

C’est en premier lieu le résultat des institutions fortes qui servent le secteur privé et dont la mise en place a été un point central du gouvernement rwandais. C’est dans ce cadre que le RDB a été créé, pour être un point centre, sans escale, pour tous les investisseurs à travers le pays. Nous avons trouvé notre créneau. Le Rwanda est un pays qui n’a pas de ressources naturelles, mais qui est devenu attractif aux yeux des investisseurs du monde entier. Notre objectif principal était de créer un environnement d’affaires propice pour tous les investisseurs qui veulent investir dans le pays. En commençant par faciliter les démarches pour la création d’une entreprise, dans un délais maximum de six heure.

Ce n’est dans pas un mythe : on peut créer sa société en six heures au Rwanda et commencer tout de suite son activité ?

Parfaitement ! Dans un délai maximum de six mois, parfois mois. Vous pouvez le faire en ligne et obtenir immédiatement votre certificat d’immatriculation et dés le lendemain, vous faites vos affaires, vous êtes prêt ! C’est un des éléments qui a permis notre classement, en terme de facilitation de l’investissement, nous sommes deuxième dans le monde entier. Ceci étant dit, nous devons faire beaucoup pour nous assurer que notre environnement d’affaires est propice. C’est la raison pour laquelle nous nous sommes positionnés comme terre d’innovation, pour les start-up. Tout jeune entrepreneur qui a une idée brillante et qui veut la démarrer, peut commencer au Rwanda.

La facilitation de l’investissement, la politique de corruption zéro, la stabilité du pays… Ce sont les clés du modèle rwandais ?

Tous les fondamentaux sont en place.  Tout ce dont vous pouviez vous soucier a été résolu. Le Rwanda est le pays le plus sûr du monde. Vous pouvez travailler, vous balader dans nos rues jusqu’à minuit, personne ne viendra vous ennuyer.  Notre pays est très stable. L’économie est bonne. L’économie a été développée pour atteindre les 7, 5 % de croissance au cours des trois dernières années. La corruption est rare, si quelqu’un dans la fonction publique est pris en faute, je peux vous assurer que les conséquences sont très graves. Bien sûr, vous ne pouvez pas mettre la corruption dans 0, mais vous pouvez la limiter.

Quelles sont les opportunités d’affaire au Rwanda ? Le secteur des Ntic est très développé, les services plus largement.

Tout ce que vous touchez au Rwanda est une opportunité. Les fondamentaux ayant été mis en place, les opportunités sont nombreuses, dans l’agriculture, le tourisme, l’industrie, l’exploitation minière, d’autres services comme les services financiers ou les TIC, sont tous plus faciles à exploiter.

Et vous, dans quel secteur mettez-vous l’accent sur les investissements ?

Tout est une priorité mais l’agriculture et l’agroalimentaire sont deux grandes priorités car 70% de notre économie est basée sur l’agriculture, la production et l’exportation. Le tourisme également.  Nous voulons promouvoir les investissements dans le secteur car le Rwanda est très beau pays, qui a beaucoup de potentiel dans le domaine. La température ne dépasse jamais les 26 ou 27 degrés. C’est le meilleur endroit où vivre et travailler. Le tourisme est donc une priorité majeure. Ensuite, vous avez également d’autres services comme les TIC. A ce niveau, nous travaillons pour apporter les connaissances, la technologie, l’accès aux services financiers dans notre écosystème. Ce sont des opportunités clés. Les mines également, nous vont de nombreuses richesses à exploiter dans notre sous-sol. Ce qui manque maintenant, c’est la valeur ajoutée dans l’industrie et la production liée à l’exploitation minière et même à l’exportation. Avec les zones franches que nous aménageons dans le pays, nous devenons le lieu idéal pour les affaires.


 

Vous pourriez aussi aimer

Actualité

Laurent Thomas : “Il n’est plus question de réduire la faim en Afrique mais de l’éradiquer”

A l’occasion de la troisième Conférence internationale pour le financement du développement à Addis-Abeba (13-16 juillet), Laurent Thomas, sous-directeur général pour la coopération technique à la FAO (Organisation des Nations

Actualité

Côte d’Ivoire : La Banque Mondiale note une “croissance exceptionnelle”

Le bureau de la Banque Mondiale à Abidjan a rendu public le pré-rapport sur l’évolution économique de la Côte d’Ivoire, sur la période de 2012 à 2014, notant une performance

Actualité

Le Maroc, plateforme économique africaine

Le roi du Maroc Mohammed VI a signé  avec le président chinois, Xi Jinping de nombreux accords bilatéraux, économiques, diplomatiques… dans le cadre de la “déclaration de partenariat stratégique”. Ainsi,