• Cameroun Dangote s’impose sur le marché du ciment
  • Cameroun Dangote s’impose sur le marché du ciment

Cameroun Dangote s’impose sur le marché du ciment

En deux ans seulement, le cimentier nigérian a supplanté Cimencam du Groupe Lafarge, qui officie au pays depuis cinquante ans. Bousculant par la même occasion un marché en plein essor.   

Par Didier Ndengue, à Douala

Depuis cinq semaines, les gérants de quincailleries et les briquetiers camerounais sont à l’école de Dangote Cement Cameroon. Pendant des ateliers baptisés « 3 X Biz Day », organisés tous les vendredis, les partenaires de la filiale camerounaise de la multinationale nigériane sont édifiés sur la qualité et les secrets de fabrication de son ciment. Le vendredi 3 novembre dernier, les responsables de la société ont reçu une délégation de cinquante personnes  en provenance de la région du centre, après celle du littoral, pour une autre séance de travail. C’est également l’occasion pour certains, de découvrir les installations de la cimenterie située au lieu-dit « Base Elf » dans la capitale économique.

La filiale revendique 46% des parts du marché

Cette initiative est à sa première expérience au sein de l’entreprise, depuis son ouverture en 2015. Elle permet aux utilisateurs et commerçants du ciment Dangote, de connaître le circuit de fabrication afin de pouvoir séduire la clientèle. L’opération de charme est conduite par Daniel Ate et Maurice Diekem, respectivement directeur marketing et communication, et directeur commercial. A travers cette démarche, le cimentier nigérian forme des ambassadeurs pour bétonner le marché camerounais, qu’il contrôle largement depuis quelques mois. En effet, la filiale revendique 46% des parts du marché. Elle supplante ainsi Cimencam du Groupe Lafarge, qui régnait en maitre jusque là dans le pays depuis cinq décennies. Ciments d’Afrique (Cimaf) Cameroun, filiale du marocain Addoha, installée au Cameroun depuis 2012, et le Camerounais Mecdem, se partagent le reste du marché.

Taux de production en hausse  

L’arrivée du géant nigérian du multimilliardaire Aliko Dangote au Cameroun, oblige les autres cimenteries à redoubler d’effort au quotidien. Plusieurs revoient déjà leurs taux de production et techniques de pénétration sur le marché local. Rappelons que le Cameroun est engagé dans plusieurs chantiers de construction. L’offensive commerciale lancée par Dangote Cement et ses concurrents tombe donc à pic. Les dernières statistiques révèlent que Dangote Cement Cameroon a, au 30 septembre 2017, vendu 938 000 tonnes de ciment au Cameroun. Soit une augmentation de 16,4% par rapport aux 806 000 tonnes commercialisées au cours de la même période l’année dernière. Elle compte atteindre 1, 3 million de tonnes avant la fin de l’année en cours.

La marocaine Cimaf a également annoncé qu’elle va tripler sa capacité de production actuelle de 500 000 tonnes à 1, 5 million tonnes par an à l’horizon 2018. Cimencam, quant à elle, indique qu’elle affiche une présence équilibrée sur le territoire national. L’entreprise compte une cimenterie intégrée à Figuil dans le Nord et une centrale à béton à Olembé dans le centre.  « Avec ce puissant outil industriel, l’entreprise dispose aujourd’hui d’une capacité annuelle de 1 500 000 tonnes et assure la disponibilité de sa gamme complète grâce à un fort réseau de distribution : 8 dépôts déployés sur tout le territoire national », se réjouit la structure sur son site Internet. Medecm, la dernière cimenterie à ouvrir ses portes au Cameroun, ambitionne une production de 600 000 tonnes par an.

Une seconde usine de production à Yaoundé

Pour continuer à entretenir le leadership continental, Dangote Cement va ouvrir une seconde usine de production dans la ville de Yaoundé pour mieux contrôler les marchés camerounais et de la sous-région Afrique centrale. Le géant du ciment en Afrique est implémenté dans 15 Etats du continent. Elle compte produire 48 millions de tonnes à l’horizon 2020 dans ces pays. A en croire le top management de Dangote, son succès repose sur les ressources humaines et les technologies modernes de dernière génération. Au Cameroun par exemple, le cimentier emploie plus de 700 personnes (98% de nationaux et 2% d’étrangers).


 

Par Didier Ndengue, à Douala

Vous pourriez aussi aimer

Actualité

Le principe de Francophonie économique a-t-il un sens ?

C’est la question que nous avons posée à différents participants au 2ème Forum économique de la Francophonie qui avait lieu à Paris, mardi 27 octobre 2015.

Actualité

Forum Libération en direct de Libreville

Les 9 et 10 octobre prochain, le stade l’Amitié de Libreville va accueillir une manifestation inédite au Gabon… et en Afrique. Le premier Forum social du quotidien français Libération en

Actualité

La Royal Air Maroc continue sa croissance en Afrique

Trois nouvelles lignes en 2014, un trafic en hausse de 16% en un an, l’Afrique est un relai de croissance importante pour le Royal Air Maroc qui se relève à