• Orange choisit la consolidation de ses positions en Afrique

Orange choisit la consolidation de ses positions en Afrique

L’année 2016 avait permis à Orange de s’implanter en Sierra Leone, au Libéria et en Côte d’Ivoire. Une stratégie qui prend fin pour fournir de nouveaux services à ses clients.

Halte aux acquisitions ! Après s’être établi dans trois nouveaux pays africains en 2016, Orange entend stopper sa course au développement à travers le continent. L’heure est désormais à la consolidation, notamment à travers de nouveaux services. La recrudescence de la concurrence y est sans doute pour quelque chose…  A  l’instar de la Société Générale qui vient de lancer en septembre dernier son porte-monnaie mobile sous le nom de Yup. La banque s’attaque ainsi à Orange Money,  proposant ce compte de monnaie électronique en Côte d’Ivoire et au Sénégal, avant de le déployer fin 2017 au Ghana et au Cameroun. « La compétition fait partie de la règle du jeu et nous l’acceptons » déclare Bruno Mettling, directeur Général Adjoint en charge de l’Afrique et du Moyen-Orient (…) « De plus, la qualité de nos applicatifs, leur sécurité, leur niveau d’avance nous permet d’accueillir avec sérénité cette nouvelle concurrence ».  Néanmoins, le groupe de télécom entend développer des services de microcrédits, d’épargne ou d’assurances.

Une nouvelle offre pour répondre aux demandes des clients du continent qui demeure une priorité pour le groupe. Terre de croissance, l’Afrique occupe une part grandissante chez Orange. Avec 5,3 milliards d’euros de chiffre d’affaires, elle représente 12 % des revenus du groupe.

 

Vous pourriez aussi aimer

Actualité

Interview Vimal Shah, CEO BIDCO « Nous espérons conquérir des marchés dans toute l’Afrique d’ici 2030 »

« Je suis Kenyan », rappelle volontiers Vimal Shah. De fait, cet homme d’affaires, parmi les plus influents du pays, originaire d’Inde, est né au Kenya. « Et j’y mourrai ! » Avec Bidco, un groupe

Vidéo

Guinée / Interview Kanny DIALLO

La Guinée semble avoir fini de manger son pain noir. Au lendemain d’années difficiles, empruntes par l’épidémie d’Ebola et la chute du prix des matières premières,  le pays commence à