• Côte d’Ivoire Hausse de la production de cacao de 28%

Côte d’Ivoire Hausse de la production de cacao de 28%

Ambiance morose pour la 4è édition des Journées Nationales du café et du cacao (JNCC), qui se tenaient ce week-end à Abidjan. Malgré une hausse de la production de 28%, un prix d’achat garantit maintenu à 700 F/Kg, la filière se remet difficilement de l’impact des chutes cours sur les marchés mondiaux.

Par Issiaka N’GUESSAN, à Abidjan

La 4è édition des Journées Nationales du café et du cacao (JNCC), qui se tenait du ce week-end sur le site de la Caisse ivoirienne de stabilisation des produits agricoles (Caistab) à Abidjan, s’est tenue “dans la sobriété”, selon les organisateurs. Après des années fastes, la JNCC, qui se veut la vitrine du “made in Côte d’Ivoire”, est à l’image de la filière cacao. En plein tumulte. Et c’est dans ce contexte qu’Yves Koné a pris les rênes du Conseil Café-Cacao, qui faisait son baptême de feu lors des JNCC. L’ingénieur agronome, ancien du Conseil café-cacao, diplômé de l’Ensa (Ecole Nationale supérieure d’agronomie, Yamoussoukro) succède à Massandjé Touré-Litsé, emportée par la chute des cours et une perte sèche de 43 milliards de FCFA de l’Etat. Même si le prix bord champ d’achat du cacao ivoirien a été maintenu à 700 F/Kg pour la campagne 2017-2018. De quoi rassurer les producteurs. En partie…

Production toujours en hausse

En dépit donc de la chute des cours mondiaux qui a impacté la commercialisation interne, ramenant le prix d’achat bord champ de 1100F/Kg à 700 F, la production 2016-2017 s’est établie à 2 015 113 tonnes contre 1 568 304 tonnes en 2015-2016, une hausse de 28.49% pour des exportations de 1 926 371 tonnes, une hausse de 23.31%. Preuve selon  Lambert Kouassi Konan, le président du conseil d’administration du Conseil Café cacao, l’institution qui encadre la filière, que, « la réduction du prix n’a nullement entamé l’enthousiasme et l’ardeur des producteurs. »

Impact de la chute des cours

« La chute des prix l’année dernière a été très compliquée et continue d’être compliquée pour les producteurs. Quand il n’y a pas d’argent sur le terrain, ceux qui disposent d’un peu de cash spéculent véritablement avec les producteurs. Les gens arrivent toujours à passer dans les mailles du filet  pour venir proposer des prix dérisoires aux producteurs » soutient Obed Blondé Doua, producteur de Man, président du syndicat de tout travailleur agricole de Côte d’Ivoire.

Il précise que « cette rentrée scolaire est particulièrement difficile pour le monde agricole qui met en  garantie la parcelle de cacao pour 50 000F parce que les planteurs ont des impératifs à régler. Les gens ont commencé par vendre par usure les productions parce qu’ils ont besoin de cash pour vivre. C’est cela l’incidence négative de la chute des prix ».

Nouveaux défis

« Faisons l’effort de cultiver l’épargne » a recommandé Coulibaly Siaka Minayaha, Directeur de cabinet du ministre Mamadou Sangafowa Coulibaly.  Alors que l’année 2018 ne devrait pas voir une amélioration des cours, l’alternative reste à augmenter le taux de transformation locale du cacao, pour atteindre les 50% de la production nationale.


 

Par Issiaka N’GUESSAN, à Abidjan

Vous pourriez aussi aimer

Actualité

Younes El Mechrafi : “Le marché des paris sportifs en Afrique va exploser”

Elu il y a un an à la tête de l’Association des loteries d’Afrique (ALA), Younes El Mechrafi est également Directeur général de la loterie leader des paris sportifs en

Actualité

Cameroun Les arts martiaux dans tous leurs états

50 délégations ont fait valoir leur savoir-faire à l’occasion de la 1ère édition du Festival africain des arts martiaux du 6 au 8 avril, sur trois sites, Yaoundé, Douala et

Nord-Sud

Tunisie Rencontre Macron-Essebsi à Paris : « Une convergence de vues forte »

Le 11 décembre dernier, le président français Emmanuel Macron recevait à déjeuner son homologue tunisien, Beji Caïd Essebsi. Une échange de « travail et d’amitié » qui doit consolider les relations entre