• Tchad Réorganisation profonde au menu du prochain Sommet de la Cemac

Tchad Réorganisation profonde au menu du prochain Sommet de la Cemac

Prévu le 31 octobre prochain dans la capitale tchadienne, le Sommet extraordinaire de la Cemac affiche à son programme des décisions majeures : prise de fonction du nouveau président de l’institution communautaire, la question de son financement et nomination des nouveaux cadres, etc.

Par Didier NDENGUE à Douala

Il a fallu attendre le 23 octobre pour connaître la date du prochain Sommet extraordinaire de la Cemac. Il se tiendra le 31 octobre prochain à N’Djamena sous la houlette du president en exercice de l’Institution, Idriss Deby Itno, le président de la République du Tchad. « Il est à noter que ce sommet des chefs d’Etat se tient au moment où s’achève le mandat de l’actuel gouvernement de la Commission de la Cemac. De ce fait, la nomination des nouveaux dirigeants de certaines institutions de la Communauté, la question de son financement ainsi que le renforcement des acquis de l’intégration figureront parmi les points à l’ordre du jour», apprend-on par un un communiqué signé de la Commission de la Cemac. Après cinq ans, le Congolais Pierre Moussa, va céder le fauteuil de la présidence de la Commission de la Cemac à l’ancien premier ministre Gabonais Daniel Ona Ondo.

Dans les secrets des chefs

Plusieurs autres sujets majeurs sur lesquels les chefs d’Etat se pencheront, ont été discutés et adoptés par les experts et les ministres en charge des Transports et des Travaux publics des Etats membres de la Cemac la semaine passée à Douala. Sous la présidence d’Edgar Alain Mebe Ngo’o, ministre des Transports du Cameroun, le comité ad hoc  a validé, le 19 octobre dernier, des propositions visant à résoudre les problèmes d’infrastructures routières qui plombent l’intégration en Afrique centrale. Mais avant que ce dossier n’arrive sur la table des chefs d’Etat la semaine prochaine à Ndjamena, ils passeront d’abord au peigne fin du conseil des ministres de l’Union économique de l’Afrique centrale (UEAC) le 29 octobre 2017.

En prélude donc à ces assises, les ministres ont validé le document de politique communautaire des transports. Une vision réalisée avec l’appui de l’Union européenne (UE) par les bureaux d’études Egis International et Gopa. Les résolutions de leurs travaux seront soumises à la sanction des chefs d’Etat, qui rêvent de faire de la Cemac à l’horizon 2035, un espace économique où les échanges des biens et la mobilité des personnes se font de manière fluide, durable et inclusive.

Les ministres de l’Energie de la même région ont emboîté le pas à leurs collègues des transports dans la ville de Douala le 20 octobre. Les travaux de ces derniers ont débouché sur l’adoption du schéma directeur de la Cemac. Philippe Garnier, le consultant ayant travaillé sur la question, a suggéré des pistes pour harmoniser le schéma directeur pour la production et le transport de l’électricité aux horizons 2025 et 2035 pour la Cemac et la République démocratique du Congo. Ses propositions seront approuvées par les ministres et experts locaux sous le regard bienveillant du Commissaire en charge du département des infrastructures et du développement durable de la Commission de la Cemac, Hassan Adoum Bakhit Haggar, qui à pris part aux deux réunions. Interrogé sur la question du financement des chantiers de l’intégration qui doivent être réalisés avec les fonds propres de la Cemac, le Commissaire a dénoncé les ministères des finances des pays de la Cemac qui ne reversent les retombées de la Taxe communautaire dans les caisses de la Commission pour son fonctionnement. Une question majeure que les chefs d’Etat doivent trancher au cours de leur conclave mardi à N’djamena.


 

Par Didier NDENGUE à Douala

 

You might also like

Non classé @en

Rencontres Africa, les investisseurs français invités à reprendre la main

La deuxième édition des Rencontres Africa 2017, dont la première des trois manifestations prévues cette année, se tenait les 2 et 3 octobre à Abidjan, a été mise à profit

Non classé @en

Interview Hakim El Karoui : « Ce qui complique la politique de la France au Maghreb, c’est que le Maghreb n’existe pas »

La France devrait revoir sa « politique arabe » selon un rapport de l’Institut Montaigne, effectué sous la direction du franco-tunisien Hakim El Karoui. Le consultant, essayiste et ancien conseiller à Matignon

Non classé @en

Côte d’Ivoire Noa Trading PME solaire

Depuis plus de vingt ans, Noa trading PME française, équipe administration, privés et particuliers, en ville comme en zone rurale, en équipe solaire. Un secteur aujourd’hui en plein essor dans