• RDC : une Solidarité à la place d’une garantie bancaire aux plus pauvres

RDC : une Solidarité à la place d’une garantie bancaire aux plus pauvres

Dans un contexte économique où le taux de bancarisation reste encore trop faible, l’obtention de crédit se révèle bien souvent trop difficile pour les plus démunis. Mais en relaçant le système de Coopec, avec deux nouveaux prêts accordés dans le Sud Kivu, la RDC entend substituer la Solidarité à la garantie bancaire.

Une nouvelle solidarité

Le FENU ainsi que le PNUD offrent déjà des solutions aux plus pauvres des Congolais pour accéder aux prêts. Mais, à travers le « Programme d’Appui au Secteur Des Micro-Finances » (PASMIF) soutenu par la Belgique et la Suède, même les citoyens les plus démunis des Congolais peuvent maintenant s’organiser en groupe de solidarité pour accéder à un crédit. Et, nouveauté, c’est par la suite que les bénéficiaires de ce crédit se le répartissent en titre individuel.

Le gérant de la Coopérative d’épargne et de crédit Cahi, antenne de Beni au Nord-Kivu, explique que ce nouveau type de prêt collectif n’en est qu’à « sa première phase expérimentale en province pilote du Sud Kivu – avant de s’élargir dans les autres provinces de la RDC ». A la Coopec Cahi Bukavu, son gérant précise que le premier investissement de 78 000$ a permis à sa coopérative de moderniser ses équipements et le second prêt, évalué à quelques 72 000$, de soutenir l’octroi des crédits, en particulier au groupe de solidarité.

Une satisfaction des plus démunis

Les premiers bénéficiaires du PASMIS sont les congolais les plus pauvres jadis écartés des systèmes bancaires traditionnels qui exigent toujours des garanties pour accéder à un prêt. Faute de cette garantie, plus de 90 % des congolais étaient presque isolés du système financier. Pour le moment, certains citoyens de Bukavu (et Walungu) ont bénéficié de prêts à la Coopec Cahi. Augustin SIBOMANA, jeune étudiant en deuxième année de génie informatique, reconnait que c’est grâce à sa part dans le prêt collectif de son groupe de solidarité dénommé « Ushindi » (Victoire, ndlr) qu’il a de nouveau relancé son atelier de maintenance des ordinateurs. « Nous avons acquis des nouvelles pièces de rechange pour dépanner tous les ordinateurs de nos client, en veille depuis plusieurs jours dans notre atelier. Même d’autres techniciens commencent à se ravitailler chez nous » témoigne-t-il avec beaucoup de fierté. D’autres membres de son groupe ont également acquis des terrains et chacun travaille désormais pour rembourser sa part dans un bref délai.

Une Relance des Coopec

Le PASMIF vient donc de donner une nouvelle vie aux Coopec en vue d’attirer plusieurs potentiels clients en RDC. Pourtant décriées par plusieurs citoyens pour leurs faibles capacités de résistance à n’importe quelle fluctuation monétaire, les Coopec peuvent de nouveau générer la confiance des clients à travers des groupes de solidarité en lieu et place des individus.

Le président du conseil d’administration de la Coopec « Le Grenier » assure ainsi que grâce à ces groupes de solidarité, « les congolais commencent à retrouver confiance dans les coopératives d’épargne – et ce après la chute d’une trentaine des Coopec dans les années 2011-2013 – et par la suite, ils seront sensibilisés à l’épargne et aux avantages-crédits ». Ainsi, le PCA croit en la relance des Coopec, et espère tourner la page des années 2010 lors de laquelle plusieurs congolais se rappellent avoir perdu, sans indemnité aucune, leurs investissements individuels dans ces coopératives.


 

Auteur : KANIKI Eliel // Photo : Coopec © DR

Vous pourriez aussi aimer

Actualité

Mali : la SOTELMA investit 200 milliards

La Société des télécommunications du Mali (SOTELMA) a une bonne santé financière traduite par un investissement de 200 milliards afin d’acquérir un réseau fiable répondant aux normes internationales.

Actualité

Côte d’Ivoire Modernisation du chemin de fer Ouagadougou-Abidjan

262 milliards FCFA d’investissement pour un chemin de fer plus productif pour le port d’Abidjan. C’est le budget annoncé pour le lancement des travaux de modernisation du chemin de fer

Actualité

Emmanuel Macron à Ouagadougou Repenser l’aide publique au développement

Le président Français Emmanuel Macron a prononcé le mardi 28 novembre 2017 à l’université Ouaga 1 Pr Joseph KI-ZERBO à Ouagadougou son discours à la jeunesse africaine au cours d’une