• Afrique du Sud: le préfinancement du solaire

Afrique du Sud: le préfinancement du solaire

L’utilisation de l’énergie solaire comme alternative à l’électricité se répand dans les quartiers pauvres et dans les zones rurales africaines. Mais le solaire s’intéresse aussi aux zones urbaines, en ciblant les propriétaires de biens immobiliers et commerciaux par un système de préfinancement. Retour sur un business plan encore en devenir avec l’exemple sud-africain.

 

L’Agence internationale de l’énergie estime que 585 millions de personnes en Afrique subsaharienne n’ont pas accès à l’électricité, avec un taux d’électrification encore en deçà de 14,2%, notamment dans les zones rurales. Selon le site Web « PQRS » – réputé dans la recherche sur l’électricité, la qualité de l’énergie et des services renouvelables – une somme de 2 milliards de rands a été investie dans le secteur privé photovoltaïque l’an dernier. Ce fort investissement motive plusieurs entreprises et parcs de bureaux à passer au solaire – comme le propose la société BrightBlack Energy, qui installe des panneaux photovoltaïques directement chez les entrepreneurs.

 

Le rendement du solaire

Pour financer son activité dans le solaire qui promet de réels rendements, BrightBlack Energy et la banque RBM (Rand Merchant Bank) se sont constituées en joint-venture pour un capital de 100 millions de Rands. Dénommée Alternative First Energy, la nouvelle entité installe des panneaux solaires dans les propriétés commerciales et offre de les préfinancer.

 

Alternative First Energy parie ainsi que les entrepreneurs – et parcs de bureaux – qui investissent dans l’énergie solaire verront s’améliorer le rendement de leurs sociétés – « parce que l’énergie solaire réduit les factures des services immobiliers » et permet donc d’augmenter les marges globales.

 

« Dans des situations normales, les propriétaires se satisfont d’un rendement bénéficiaire d’environ 8%. Le solaire propulse ce rendement jusqu’à 12%. Certains de nos clients obtiennent déjà jusqu’à 20% sur leur rendement énergétique », a déclaré le PDG de BrightBlack Energy, Weasel Weasels.

 

Un portefeuille de 1 milliard

Greg McKenzie, banquier chez RMB et PDG du joint-venture, précise la stratégie d’Alternative First Energy. Il s’agira de multiplier les projets solaires sur les toits sud-africains dans divers parcs commerciaux et industriels, et ce pour construire un portefeuille de 1 milliard de rands.

 

Avec un investissement aussi important, la société pourra alors consolider son financement par emprunt : « Nous grandirons dès le lancement du projet global de portefeuille… » La taille moyenne des installations photovoltaïques sur les toits étant comprise entre 2 millions et 25 millions de rands, il semblait en effet nécessaire de mutualiser les projets pour attirer les investisseurs : « lorsque vous insérez ceci dans un portefeuille, les opportunités sont toujours fascinantes, et c’est ce qui nous attirés à la RBM » explique Greg McKenzie.

 

Un objectif à 12 mois

Afin de réaliser rapidement ses objectifs de financement et convaincre sa clientèle, le joint-venture propose enfin diverses solutions aux propriétaires immobiliers et commerciaux : la mise en place des infrastructures solaires dont il devient propriétaire pour sa consommation seule ; devenir producteur d’énergie en la revendant ;  ou encore la location de l’infrastructure sur sa propriété.

 

Certaines entreprises ont déjà adopté cette initiative, notamment Emira Profit Fund qui a installé une ferme solaire d’une valeur de 6 millions de rands dans les mille mètres carré les plus riches d’Afrique à Sandton. L’association mondiale des comptables certifiés KPMG a également installé ces panneaux solaires dans leurs bureaux de Parktown.

 

Weasel Weasels estime ainsi qu’au fur et à mesure que le nombre de propriétaires augmente, « le portefeuille pourrait dépasser 500 millions de rands au cours des 12 à 16 prochains mois »


 

Auteur: Farai Diza // Photo: Sites du Kwazulu Natal (Afrique du Sud) desservis par BrightBlack Energy © BrightBlack Energy

Vous pourriez aussi aimer

Le dossier du mois

E-learning : Le Ghana veut jouer le rôle de pionnier

Chaque année, le Ghana consacre 2 % de son produit intérieur brut (PIB) à l’éducation, alors que l’UNESCO recommande d’y consacrer 6 %. Mais pour lutter contre le chômage des jeunes, le

Le dossier du mois

ENTRETIEN ABDOULAYE TOURE, INGENIEUR : « L’économie verte est l’avenir de l’Afrique. »

Après une participation à la Cop 22 où il a décroché un titre « honorifique » pour son apport à la réduction de la dégradation des écosystèmes et à la préservation de

Le dossier du mois

Angelo Djissodey, directeur de la promotion du tourisme et du secteur privé

« On a aussi besoin du secteur privé pour faire développer l’industrie du tourisme » Le Togo a été surnommé « la suisse de l’Afrique » dans les années 80. Et ce