• Forum Mondial sur la Durabilité: l’éducation, un impératif pour la croissance de l’Afrique

Forum Mondial sur la Durabilité: l’éducation, un impératif pour la croissance de l’Afrique

L’Ambassadeur de Suisse en Afrique du Sud, Helen Budliger Artieda, a déclaré lors de la grande soirée d’ouverture du 6e Forum Mondial sur la Durabilité, dans la ville côtière Cap Town, la semaine dernière, que le continent avait besoin de rompre avec les dilemmes passés et d’aller de l’avant.

Selon l’Agenda 2030 pour les Objectifs de Développement Durable pour l’Afrique, l’importance d’une éducation de qualité est la clé pour permettre au continent de surmonter les tensions de pauvreté, du chômage, de l’insécurité alimentaire et de l’eau, des inégalités et du changement climatique. L’Agenda 2030 pour le développement durable a été adopté par l’Assemblée Générale des Nations Unies il y a deux ans.

2030 Objectifs de développement

durableL’Agenda 2030 pour le développement durable cible principalement l’Afrique. L’éradication de la pauvreté est au centre de ces objectifs qui concernent également le développement économique et social ainsi que la protection de l’environnement. L’Afrique est le seul continent qui prenne toujours une position commune sur les questions d’actualité abordées lors des principaux sommets et conférences dans le monde. Artieda, également Ambassadeur auprès de la Communauté de Développement de l’Afrique Australe (SADC), connaît bien l’Afrique et n’a pas hésité à s’attaquer à l’impact de l’éducation dans la formation de la prochaine génération des décideurs et de chercheurs.

 

70% de la population vit avec moins de 1.25 dollar américain par jour

Selon un rapport publié récemment par la Banque mondiale, le nombre de pauvres connaît une augmentation drastique en Afrique. L’Ambassadeur Artieda a utilisé cet argument pour souligner que plus de 70% de ceux qui vivent avec moins de 1,25 dollar américain par jour sont en Afrique subsaharienne et dans quelques pays de l’Asie : « L’inégalité, les changements climatiques, les taux élevés de chômage, la criminalité et l’insécurité alimentaire sont autant de problèmes majeurs auxquels est confronté le continent. L’Afrique peut sortir de cette catastrophe en faisant de l’éducation de qualité un élément fondamental pour changer radicalement cette situation. »

L’éducation est la clé pour inverser les statistiques

En lisant les statistiques de l’éducation en Afrique, on ne peut que constater les limites des universités africaines, car seulement près de 1% d’entre-elles produisent des résultats de recherche dans le monde. « Si les Africains ne prennent pas les commandes de la recherche en Afrique, l’agenda de la recherche sur les effets des problèmes tels que le climat sera toujours piloté par l’extérieur » rappelle l’ambassadrice.

Le 6e Forum Mondial sur la Durabilité, qui a eu lieu pour la première fois en Afrique, contribue aux débats internationaux sur la durabilité et, plus précisément, donne l’occasion d’échanger, sensibilisant ainsi la communauté internationale à l’urgence, aux spécificités et au savoir-faire basique existant sur le continent africain, et mobilisant la communauté de recherche africaine sur les perspectives internationales en matière de durabilité.


 

Auteur: Farai Diza // Photo: Ambassadrice de Suisse en Afrique du Sud, Helen Budliger Artieda © Caxton

Vous pourriez aussi aimer

Actualité

Burkina : Trading, une alternative au chômage des jeunes

Le Foreign Exchang (FOREX) est un vaste marché virtuel mondial où plus de 4 mille milliards de dollars fluctuent quotidiennement. Pour bénéficier de cette opportunité,  de plus en plus,  des

Actualité

NYFA 2015 : Bilan positif pour le Gabon

Devenu l’épicentre des affaires en Afrique Centrale depuis quelques années, le Gabon a conclu d’importants accords économiques lors de la 4e édition du New York Forum Africa (NYFA), laquelle a

Actualité

Hicham Rahil : « Le retour du Maroc dans l’UA ne fera que rassembler les pays divisés »

La volonté du Maroc de retourner au sein de l’UA après plus de trente ans d’absence laisse certains perplexes, alors que d’autres, à l’image d’Hicham Rahil, membre du Bureau National