• Lufefe Nomjana fait fortune dans la culture des épinards
  • Lufefe Nomjana fait fortune dans la culture des épinards

Lufefe Nomjana fait fortune dans la culture des épinards

Lufefe Nomjana, un jeune entrepreneur basé à Cap Town, fait fortune dans la culture des légumes, et plus spécifiquement d’épinards. Sa société, Espinaca Innovations, génère plus de 2 250 000 Rands par mois, emploie plus de 15 personnes et franchise son modèle d’affaires aux États-Unis, au Canada et au Mexique.

Des légumes à fort rendement

 

«J’ai abordé un groupe de femmes de ma communauté qui exploitaient un potager – là où elles vivaient – principalement pour leur propre consommation, et qui vendaient des excédents. J’ai commencé à prendre les légumes et à les vendre de maison en maison, gagnant une commission que le groupe de femmes me payait » explique Lufefe Nomjana, le créateur d’Espinaca Innovations.

 

« Chaque fois qu’elles me donnaient des légumes pour emporter à la maison, il y avait toujours un paquet d’épinards. Cela m’a inspiré pour faire une recherche approfondie sur les légumes et en savoir plus sur sa valeur nutritionnelle. Ce qui est super avec les épinards est que si vous plantez aujourd’hui, vous en récolterez dans quatre semaines. » Lufefe a ensuite fait des recherches, d’abord sur Internet, sur la cuisson de pain d’épinards avant d’en parler à plusieurs personnes, mais personne ne pensait que sa future affaire pourrait devenir rentable.

 

L’ouverture d’une première boulangerie

 

L’homme d’affaires sud-africain de 28 ans, originaire d’un des quartiers les plus pauvres de Khayelitsha au Cap Town, a alors l’idée de créer des produits boulangers pour accompagner son commerce d’épinards. Il était convaincu que ses légumes seraient bons pour la santé s’il en faisait cuir au four avec du pain.

 

Mais à l’époque, sans un sous, il n’avait pas de four et a dû persuader sa voisine de lui permettre d’essayer ses produits avec le sien. Lufefe a commencé avec seulement quatre pains : il en a vendu trois et utilisé le quatrième pour la dégustation et la recherche de nouvelles possibilités d’améliorer ses recettes. Cela remonte à 2011, et aujourd’hui Lufefe cultive des épinards pour faire « du pain, des muffins, du jus, des biscuits, des milk-shakes, du thé glacé, des pâtes et même une sauce. »

 

Une demande supérieure à l’offre

 

«Le début a vraiment été difficile car les gens étaient habitués au pain blanc et brun. Donc j’ai dû les sensibiliser sur ce nouveau type de pain. C’est à dire que je faisais du porte à porte, je me présentais et parlais de cette invention, et c’était une activité marketing très épuisante. Mais à la fin, ça a payé car après quatre mois environ, la demande était supérieure à l’offre. »

 

Rapidement, Lufefe contacte un grand détaillant local qui lui permet de faire cuire plus de 100 pains d’épinards chaque jour. Ses affaires ont alors explosé et il en a profité pour faire des muffins d’épinards. C’est alors que le développement de sa société prospère et qu’il peut embaucher quelques personnes – à qui il paye une commission par unité vendue. Aujourd’hui, ce sont 15 employés qui font tourner sa marque.

 

Un premier prix et de nouvelles franchises

 

En 2014, Lufefe remporte le prix de l’Innovation des Brasseries Sud-africaines, empochant la somme de 90 000 Rands, qu’il a utilisés pour acheter du matériel de cuisson et un conteneur vide. Il y produit jusqu’à 300 pains par jour.

 

Il possède maintenant un café, une boulangerie et un restaurant à Cape Town. Grâce à un accord de parrainage, le succès d’Espinaca Innovations compte dépasser les frontières de l’Afrique du Sud en diversifiant ses activités et ses territoires. « J’ai une franchise qui est actuellement en cours aux États-Unis, une autre au Mexique et une dernière au Canada », a-t-il fièrement indiqué.


Auteur: Farai Diza // Photo: Lufefe Nomjana © Espinaca

 

Vous pourriez aussi aimer

Parcours

Dieuveil Malonga : le meneur de jeu de la cuisine africaine

Décontraction et démarche rassurante, Dieuveil Malonga sait la bonne étoile au-dessus de lui. Discret en apparence, ce chef cuisinier congolais met autant le feu en cuisine que sur nos papilles

Parcours

L’économie collaborative : une alternative pour les jeunes entrepreneurs algériens

A Alger, des chefs d’entreprises s’imposent en privilégiant un modèle économique davantage tourné vers les relations humaines et le partage de compétences. Focus sur ces initiatives qui permettent de tisser

Parcours

Ramesh Caussy : « De nouveaux produits, de nouveaux usages, pour des marchés émergents »

Passionné par les nouvelles technologies, Ramesh Caussy est le dirigeant de la société Partnering Robotics. Soucieux du bien-être des personnes ainsi que des problèmes environnementaux, il a conçu un robot